La survie à l'ère du numérique

Même s'ils nagent encore dans l'inquiétude, les journalistes s'adaptent... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Même s'ils nagent encore dans l'inquiétude, les journalistes s'adaptent progressivement au numérique. Ceux qui ont participé, en fin de semaine, au Château Frontenac, au congrès de leur fédération, sont surtout intéressés aux mesures concrètes prises par leurs patrons pour survivre à cette révolution.

À la table ronde animée par Michel-C. Auger, de Radio-Canada, samedi après-midi, avant la clôture des délibérations, Greg Barber, directeur des projets numériques au Washington Post, a expliqué comment le partage d'informations avec le New York Times et Mozella avait réanimé le célèbre quotidien de la capitale américaine.

Les médias régionaux

Dans l'atelier précédent tenu sur le thème «Les empires régionaux contre-attaquent», Martin Cauchon, le propriétaire du Groupe Capitales Médias, a exposé l'importance de maintenir, dans les régions, le journal imprimé tout en offrant la plateforme numérique. Les lecteurs répondent positivement. Avant l'avènement de la télévision et d'Internet, les nouvelles internationales parvenaient au compte-gouttes jusque dans nos foyers. Seuls les catastrophes et autres événements d'envergure mondiale faisaient la une. Aujourd'hui, c'est l'inverse. Le monde domine dans les canaux d'information. Mais le simple citoyen ignore souvent ce qui se passe dans sa communauté ou à proximité s'il n'est pas branché aux médias régionaux.

La bataille de l'information à l'ère numérique commence à peine. Les ajustements font plusieurs victimes, mais les médias qui perçoivent les besoins du consommateur et apportent les innovations nécessaires avec courage et détermination constatent déjà le retour à une stabilité fragile, mais réelle. L'élément dorénavant décisif, c'est l'objectif publicitaire. Là encore, les médias traditionnels résistent difficilement aux attaques des multinationales du numérique et de la technologie.

La publicité

L'enregistrement systématique d'émissions que le téléspectateur visionnera en différé en éliminant les messages publicitaires soustrait des revenus importants aux réseaux de télévision. Et l'utilisation par les agences de visibilité au service des gouvernements et des grandes entreprises des nouvelles plateformes Facebook et Google accessibles par ordinateur détourne des sommes considérables au profit des milliardaires américains du numérique. Il reste donc à démontrer que l'amalgame harmonieux papier-numérique redonne aux quotidiens régionaux l'efficacité dominante des messages publicitaires qu'ils diffusent.

Depuis l'invasion du numérique dans l'information, les journalistes vivent dans l'angoisse. Ils interrogent l'avenir. Des spécialistes des États-Unis, de France et du Québec ont projeté, ces dernières années, leurs prévisions devant les quelque 600 fidèles parmi les 2000 membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) qui participent au congrès annuel. À Québec encore, en décembre 2008, Bruno Rives, un spécialiste parisien des technologies, leur a servi une démonstration impressionnante de prototypes en gestation dans des laboratoires.

Les expériences ont finalement donné naissance à la tablette super sophistiquée de La Presse+ qui éliminera, dès janvier 2016, du lundi au vendredi, l'édition papier. Seule La Presse du samedi, avec ses nombreux cahiers, sera disponible en format papier.

Le gouvernement a bien tenté, en 2009, d'offrir plus de sécurité aux journalistes avec sa Commission Payette, mais le projet a avorté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer