Doit-on admettre l'adultère ou pas?

S'il y a un sujet délicat à aborder,... (Photo 123RF)

Agrandir

S'il y a un sujet délicat à aborder, c'est bien l'adultère.

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

SEXOLOGIE / Le dire ou se taire? Garder son secret ou le confesser? Se déculpabiliser ou vivre avec un squelette dans le placard?

Voici les grands questionnements auxquels vous n'aviez peut-être pas pensé avant de sauter la clôture et qui, aujourd'hui, risquent possiblement de vous hanter...

Trop tard, c'est fait. Impossible de revenir en arrière, de changer votre présent ni même d'oublier ce qui s'est passé, vous avez trompé votre partenaire. Telle une patate chaude entre vos mains, vous ne savez plus quoi faire avec cette donnée qui, disons-le, pourrait avoir l'effet d'un tsunami sur votre vie de couple.

Je vous présente, ici, deux possibilités s'offrant à vous par le biais de ma catégorisation du «trompeur» proprement dit. Mais d'abord, sachez que puisque le masculin l'emporte sur le féminin au niveau de la langue française et nulle autre part ailleurs, l'utilisation de ce genre s'avérera donc nécessaire sans pour autant vouloir insinuer que l'ensemble des hommes soit des «courailleux» !

Il y a d'abord ceux qui disent tout. Un peu comme pour se sentir moins coupables, voire peut être même pour se déresponsabiliser du geste commis que par eux-même, c'est parfois avec un visage lamentable, honteux, même piteux que ces derniers dévoileront le pot aux roses. Fini le temps de se ronger les sangs seuls. La notion de partage prend alors tout son sens; le cocu doit maintenant, lui aussi, jongler avec les conséquences de l'adultère et ce, même s'il est plus fidèle qu'un pauvre chien! Ouf... que c'est moins lourd une fois que c'est dit!

À l'antipode de ce précédent, viennent ensuite les secrets, les as de la cachotterie, ceux qui étoufferont l'affaire sans laisser de traces, histoire de ne pas mener leur vie de couple en eaux troubles. Les expressions «ce qu'on ne sait pas ne fait pas mal» peut les aider à s'extirper des remords et celle prônant «qu'après tout, il n'y a pas mort d'homme» leur permettront fort probablement de banaliser leur adultère et de poursuivre leur destinée amoureuse comme si de rien n'était.

Finalement, pour parler au bout de l'histoire, doit-on le dire ou pas?

Ça dépend, que j'ai bien envie de vous répondre! Effectivement, je suis de celles qui pensent que le motif ayant poussé quelqu'un à butiner ailleurs que dans son propre champ influencera grandement son choix de se confesser ou non. Entendons-nous, une aventure d'un soir, une histoire de boisson, un rapport physique cherchant à apaiser seulement et uniquement un trop plein sexuel n'a rien à voir avec une relation extraconjugale perdurant et impliquant des émotions.

Bien que l'adultère ne soit jamais banal à mes yeux, il m'arrive de me demander à quel point il est nécessaire de chambouler, fragiliser ou même de détruire une vie de couple, et tout ce qui vient avec, pour une erreur de parcours. Bien que la communication, la franchise et l'honnêteté soient des prémisses essentielles à son succès, il m'arrive de me demander s'il vaut le coup de tout dire dans ce type de situation afin d'éviter les fameux dommages collatéraux.

Il en va tout autrement quand la simple aventure passe à un autre niveau pour devenir une relation extraconjugale. Exit l'histoire de «cul», on parle ici de toute autre chose. Sorties à deux, week-ends à l'extérieur, relation passionnée, des sentiments amoureux; de quoi relayer l'autre en second plan. Il s'agit là d'une nécessité qui ne demande qu'un minimum de respect; avouer cette relation ne serait-ce que par respect!

La belle affaire! Et si l'adultère, qu'il soit commis pour XYZ raisons, témoignait d'un malaise probable au sein du couple? Qu'il soit admis ou non, une prise de conscience s'avère nettement nécessaire et ce tant au niveau personnel et, qui sait, peut-être même au niveau du couple, selon la tournure des évènements. Bonne discussion!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer