Les forces du mal sont pernicieuses

ÉGLISE / Auprès de fêtes de première importance et populaires, tels Noël et... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien
Le Quotidien

ÉGLISE / Auprès de fêtes de première importance et populaires, tels Noël et Pâques, d'autres sont aussi très significatives. Je pense en particulier à celle du Christ, Roi de l'univers, que nous célébrons en ce dimanche.

Auprès de fêtes de première importance et populaires, tels Noël et Pâques, d'autres sont aussi très significatives. Je pense en particulier à celle du Christ, Roi de l'univers, que nous célébrons en ce dimanche.

L'Écriture nous présente une double image du Christ: celle du roi de l'univers qui vient tout rassembler à la fin des temps, «celui qui est, qui était et qui vient» et l'autre, celle de Jésus humble, «dont la royauté ne vient pas de ce monde» souffrant, plus soucieux de faire de ses disciples des rois que de régner sur eux.

Que ton règne vienne! Quelle signification pour nous aujourd'hui? J'entendais une personne âgée dire qu'elle achevait son règne. Belle façon d'exprimer qu'elle était rendue presque au terme de sa vie, plus préoccupée souvent de ses enfants que d'elle-même et fière, avec son époux, de leur avoir donné la vie. Oui sa vie, son règne, dans l'amour, la justice et la paix, avait été une véritable contribution au règne de Dieu en qui elle avait foi.

Les Attentats

D'autre part, il nous arrive d'entendre des gens dire: on vit dans un moyen règne aujourd'hui. Je demandais à quelqu'un: qu'est-ce que vous voulez dire par là? «C'est évident» me répondit-il, «il n'y a plus rien de pareil, on ne se reconnaît plus» et il ajoutait: «la société est pourrie. Rien qu'à penser aux attaques des terroristes!»

Oui, la société a bien changé et point n'est besoin de démontrer que le mal existe aujourd'hui comme hier. De tout temps, les forces du bien et du mal se sont affrontées. Les derniers actes de violence à Paris et au Liban ont fait de nombreuses victimes et occasionné beaucoup de souffrances, engendrant un climat de peur qui touche, entre autres, comme victimes collatérales, toutes ces familles qui cherchent une terre d'accueil, fuyant la terreur qui les empêche de vivre en paix dans leurs pays dévastés.

La Solidarité

Mais en contemplant, en même temps, tant de gestes de solidarité et de compassion, reconnaissons-le, il y a beaucoup de bonté dans le monde: toutes ces personnes qui par leur attitude, leur dévouement, ici et ailleurs, leur esprit de service font circuler l'amour. Un immense courant d'amour qui nous rassure, nous conforte et nous dit que le mal et la haine n'auront pas le dessus.

Cependant, les forces du mal sont tellement pernicieuses qu'elles peuvent nous laisser craindre le contraire. C'est alors que cette fête du Christ Roi de l'univers prend tout son sens: elle nous rappelle et nous permet d'espérer qu'avec notre participation active et nos efforts collectifs, son règne de vie, de justice, d'amour et de paix continuera, envers et contre tout, de s'édifier sur cette terre.

Jacques Bouchard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer