Mobilisations pour sauver la planète

Le CCGS Amundsen navigue dans l'Artique canadien plusieurs... (Archives Getty Images)

Agrandir

Le CCGS Amundsen navigue dans l'Artique canadien plusieurs mois par année. Les scientifiques à bord étudient le réchauffement climatique.

Archives Getty Images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Florent Villeneuve
Le Quotidien

ÉGLISE / Les chefs de 195 pays se rencontreront à Paris, du 30 novembre au 11 décembre, pour d'importantes décisions relatives aux changements climatiques. Tout le monde sait que cette question concerne l'avenir même de notre planète.

Des évêques du monde entier, sur la pressante invitation du pape François, ont signé un appel aux négociateurs qui se retrouveront à Paris pour qu'ils en arrivent à un accord qui soit équitable et contraignant pour de véritables changements dans nos sociétés. Voici le résumé de cet appel en dix points:

• Garder à l'esprit, non seulement la dimension technique, mais aussi et surtout éthique et morale du changement climatique.

• Reconnaître que le climat est un bien mondial qui appartient à tout le monde.

• Adopter un accord mondial juridiquement contraignant qui soit en harmonie avec la nature et qui garantisse des droits humains pour tous.

• Limiter fortement la hausse de la température planétaire et fixer un objectif pour la décarbonisation complète d'ici 2050.

• Élaborer de nouveaux modèles de société... dont l'idée centrale est de mettre un terme progressivement à l'ère des combustibles fossiles et d'offrir l'accès à une énergie renouvelable, saine, fiable et à un prix abordable.

• Assurer l'accès des populations à l'eau et à la terre pour avoir des systèmes alimentaires résilients et durables.

• Garantir la participation et l'implication des populations les plus pauvres et les plus vulnérables, à tous les niveaux du processus décisionnel.

• Veiller à ce que l'accord de 2015 enclenche une démarche d'adaptation qui réponde aux besoins les plus immédiats.

• Reconnaître que les besoins d'adaptation dépendent de la réussite des mesures d'atténuation qui sont prises.

• Établir des feuilles de route précises indiquant comment les pays vont pouvoir tenir leurs engagements financiers additionnels et prévisibles, en trouvant un financement équilibré entre les mesures d'atténuation et les mesures d'adaptation. (Sources: Radio Vatican).

Est-il permis d'espérer maintenant que les grands dirigeants de ce monde et leurs négociateurs sauront tenir compte de ces dix recommandations lors de la fameuse rencontre de Paris (COP 21) du début de décembre prochain? Cet appel venant d'évêques des cinq continents sera-t-il entendu, en particulier, de notre nouveau premier ministre Justin Trudeau? Selon les plus récentes informations, il doit s'en tenir pour le moment aux positions déjà déterminées par son prédécesseur pour en étudier d'autres plus sérieuses ou plus rigoureuses dans les mois à venir.

On sait très bien, en effet, que la réputation de M. Harper est peu reluisante par rapport aux questions environnementales... Le Canada a tout un chemin à parcourir pour refaire sa virginité dans ce domaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer