Un début de transition...

Dans notre monde de compétition et de pouvoir,... (Photo courtoisie)

Agrandir

Dans notre monde de compétition et de pouvoir, un humanisme responsable et solidaire peut paraître irréaliste et improbable... mais improbable ne veut pas dire impossible.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicole Huybens
Le Quotidien

J'ai trouvé génial un récent article d'Edgar Morin paru dans le Monde diplomatique et je l'ai partagé sur Facebook avec ce commentaire: «j'aimerais écrire comme cela».

Mon frère a alors écrit: «moi je préfère comme tu écris, je n'ai pas besoin du dictionnaire pour comprendre ce que tu veux dire ». Et c'est vrai, le texte en question est écrit par un sociologue spécialiste de la pensée complexe et difficile à comprendre. J'ai donc décidé de le traduire dans le langage de mon frère et j'espère qu'un jour, il fera la même chose pour moi d'un texte écrit dans un langage qu'il maîtrise et auquel je ne comprends pas grand-chose, celui de l'informatique!

Morin constate donc que l'humanisme a deux visages et qu'aujourd'hui nous devrions en penser un troisième qui intègre les deux autres dans une formule nouvelle, il appelle cela: métamorphoser l'humanisme. Métamorphoser, c'est transformer l'existant sans le démolir pour le remplacer et en renonçant à simplement l'améliorer. Par exemple, si nous faisons de l'économie non pas une finalité comme c'est le cas aujourd'hui mais un moyen pour une prospérité responsable tant pour les humains que pour la nature, nous aurons métamorphosé l'économie. À l'échelle individuelle, cela voudrait dire: on ne consomme pas pour faire rouler l'économie, on achète ce dont on a besoin avec des critères de choix humanistes: le plus local, le plus durable, le plus respectueux de la Terre et des animaux.  

Le premier visage de l'humanisme est comme une religion. L'humain se reconnaît à lui-même tous les droits sur le reste du monde qui lui est subordonné et il se voit comme la créature la plus évoluée, la plus intelligente et la plus parfaite. L'humain est presque un dieu qui domine la nature avec sa science, ses outils et son économie.

Le second visage de l'humanisme est celui de l'individualisme qui reconnaît la dignité et l'identité à chaque humain malgré les différences de couleur de peau, de religion, de culture. Chaque individu est important, unique, irremplaçable.  

Pour métamorphoser ces deux représentations en un nouvel humanisme, il faut prendre conscience que nous vivons tous sur une seule planète qui est la maison et le jardin communs aux humains et aux non-humains. Les guerres, les dictatures, les armes nucléaires et les conséquences parfois terribles des techniques sur la nature appellent une nouvelle éthique. Notre pouvoir sur la nature est devenu si grand que nous devons ajouter la responsabilité à notre maîtrise du monde. Et pour dépasser les dérives de l'individualisme, nous devons lui ajouter la solidarité qui permettrait à chacun de s'épanouir dans ce qu'il est, dans la relation aux autres et en lien avec la nature. Un humanisme métamorphosé ne renonce ni à la maîtrise sur le monde ni à l'individualisme, mais la domination devient responsable et l'individualisme solidaire.

Dans notre monde de compétition et de pouvoir, un humanisme responsable et solidaire peut paraître irréaliste et improbable... mais improbable ne veut pas dire impossible. Pensez à l'abolition de l'esclavage, au passage des journées de travail de 16h à 8h, aux améliorations techniques rendues possible par les lois environnementales: l'histoire humaine regorge de changements impossibles devenus réalité. Un peu partout dans le monde on voit apparaître les minuscules germes d'un autre humanisme: les villes en transition, l'agriculture urbaine, l'écologie industrielle... Les espoirs et les rêves d'un monde à la fois plus libre, plus juste, plus vert et plus responsable mis en action sont la preuve de la naissance d'un humanisme contemporain renouvelé. Ils motivent ceux qui veulent changer le monde sans changer de monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer