Un travailleur acharné

«Maintenant que M. Bédard quitte la députation péquiste,... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

«Maintenant que M. Bédard quitte la députation péquiste, il n'a qu'une seule autre mission à mon avis: devenir maire de notre ville», estime l'auteur.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Stéphane Bédard a été l'adversaire le plus difficile que j'ai eu à affronter en politique active dans mon ancienne vie libérale.

Dans les comités électoraux, nous cherchions sur quels points faibles nous pouvions nous baser pour l'atteindre. Et aucun argumentaire solide l'on n'avait! On ne pouvait s'attaquer à son bilan dans le comté de Chicoutimi, car il livrait toujours la marchandise. On cherchait de A à Z des faiblesses qu'il pouvait avoir à l'Assemblée nationale.

Aucune défaillance il n'avait quand il défendait ses dossiers régionaux. Il a livré quand il nous a donné «l'autoroute du Parc des Laurentides», avec ses acolytes libéraux. Dernièrement, j'ai dû passer par l'urgence et quel fleuron nous avons, quel bel hôpital! Les médecins et les infirmières se targuent de se vanter de travailler dans des lieux modernes et sécuritaires. C'est à mon humble avis un des plus beaux établissements de santé. Nonobstant l'oeuvre de Jean Charest, c'est en partie grâce à Stéphane Bédard que nous avons une affiliation universitaire en médecine à Chicoutimi. Lorsqu'un jeune médecin décide de faire sa vie chez nous, on le doit en partie à Stéphane Bédard et à Jean Charest, mais également à l'illustre Dr Mauril Gaudreault.

Une fois, je prenais l'autobus de Québec pour me rendre chez moi à Chicoutimi et j'ai vu Stéphane Bédard qui lisait un dossier et qui rédigeait un écrit. À ce moment-là, je ne partageais point sa vision politique et je n'ai pas osé l'importuner, mais je me suis aperçu qu'il était minutieux dans son travail. J'ai serré la main d'une pléiade de députés dans ma vie et je dois le dire humblement et en toute sincérité, Stéphane Bédard est le politicien actif le plus honnête que j'ai rencontré dans mon existence. Ce politicien te regardait droit dans les yeux et tu savais qu'il était honnête et qu'il ne parlait pas pour ne rien dire. Pourquoi était-il si populaire dans la collectivité? C'est qu'il aidait des organismes qui défendaient les gens pour qui la vie n'était pas tendre. Son bilan comme député est des plus reluisants. J'en ai connu, des gens qui font du «bla bla bla» pour se targuer d'être bon politiquement, mais Stéphane Bédard faisait de la politique selon des valeurs humanistes telles l'intégrité et la justice. Le Québec perd un des députés les plus travailleurs pour son comté. C'était une personne franche comme j'en ai rarement connu en politique active. Je me souviendrai de ce personnage toute ma vie!

Maintenant que M. Bédard quitte la députation péquiste, il n'a qu'une seule autre mission à mon avis: devenir maire de notre ville. C'est le candidat le plus qualifiable pour occuper un tel poste. Il connaît la région par coeur. Le seul qui peut remplacer Jean Tremblay, c'est Stéphane Bédard. Beaucoup de gens dans les prochains mois le solliciteront et à la fin ce dernier n'aura pas le choix que d'accepter ce défi. La population saguenéenne le veut comme magistrat et quand une collectivité te demande tu n'as pas le choix de répondre par la positive! Nous aurons la chance inouïe de l'avoir pour diriger notre belle et grande ville en 2017.

Maxime Simard

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer