Unis par la solidarité

«arce que les réfugiés chrétiens irakiens sont des... (Photo Reuters)

Agrandir

«arce que les réfugiés chrétiens irakiens sont des déplacés dans leur propre pays, ils n'ont pas droit à l'aide prévue par les conventions internationales sur les réfugiés», expliquent nos chroniqueurs. Sur la photo, des réfugiés irakiens, fuyant les violences du groupe État Islamique.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Audet, David Villeneuve
Le Quotidien

Marie-Josée Audet et David Villeneuve, tous deux originaires de la région, reviennent à peine d'une mission humanitaire au Moyen-Orient où, en collaboration avec un organisme de terrain, ils sont venus en aide à des chrétiens plongés en plein chaos en raison des conflits à caractère religieux qui ébranlent cette partie du globe. Voici la troisième de cinq chroniques qui sont publiées les lundis relatant les dessous de cette expérience hors du commun.

Sécurité oblige, nous quittons tous ensemble afin de nous rendre dans les camps de réfugiés en fonction de l'horaire de travail visant à s'assurer de notre passage dans tous les camps à intervalle régulier. Aujourd'hui, comme à chaque matin, nous emprunterons un trajet différent de la veille. Bien qu'aucune menace particulière ne plane sur nous, nous devons nous faire discrets afin d'éviter d'attirer les soupçons.

Nous oeuvrons avec l'association SOS Chrétiens d'Orient à l'intérieur de quatre camps de réfugiés différents: Karemless, Al Karma, Al Amal et Four Towers. Seulement deux organisations internationales, l'Unicef et le Programme alimentaire mondial, sont présentes sur place. Parce que les réfugiés chrétiens irakiens sont des déplacés dans leur propre pays, ils n'ont pas droit à l'aide prévue par les conventions internationales sur les réfugiés. L'aide humanitaire internationale est toutefois présente. Elle est assurée en presque totalité par des organisations à caractère confessionnel.

La situation des réfugiés est très variable. Si certains s'entassent dans les camps, d'autres vivent de manière isolée un peu partout dans la ville d'Ainkawa, faute de place dans les camps, ou parce qu'ils ont pu trouver refuge chez des proches ou des amis. Où qu'ils soient, les besoins des réfugiés sont énormes et leurs conditions de vie très précaires.

Nos tâches sont multiples. Elles visent dans leur ensemble à améliorer le quotidien difficile des réfugiés qui semblent malheureusement vouloir durer dans le temps. Nous organisons des activités artistiques, sportives ou d'apprentissage pour les enfants et les jeunes. Nous travaillons à la réalisation de projets de plus longue durée comme l'aménagement de terrain de sport, de lieux de socialisation ou de garderie pour les enfants.

La mise en place de tout projet est très complexe. Outre la dimension financière, il est nécessaire de s'assurer de travailler en étroite collaboration avec les autorités locales lorsqu'il est temps d'obtenir un permis ou un terrain pour la construction d'une école par exemple. Afin de diminuer la pression économique exercée par la présence des réfugiés, il est souhaitable de faire en sorte de générer des retombées locales. Pour ce faire, il nous faut nous adapter aux conditions du milieu: travail de nuit pour éviter les heures chaudes de la journée ou encore aucun travail de jour durant le mois du Ramadan.

Travailler dans l'humanitaire, c'est apprendre à faire face à l'imprévu dans un contexte de travail souvent très différent du nôtre. Certains réfugiés en font également l'expérience. Originaires d'une région arabophone relevant du pouvoir central de Bagdad, beaucoup de réfugiés sont dans l'impossibilité de trouver du travail ou de poursuivre leurs études. C'est le cas de Salam, jeune dentiste dans la vingtaine, qui ne peut exercer son métier au Kurdistan. D'autres, très rares, profitent de certains contacts et entreprennent de nouveaux projets. Mais chose certaine, tant en ce qui concerne les réfugiés que les humanitaires, il est nécessaire de pouvoir compter sur la solidarité et le travail des autres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer