Il faut bien partager!

«Les cyclistes sont comme les perce-oreilles! Ils se... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Les cyclistes sont comme les perce-oreilles! Ils se sont multipliés depuis quelques années et on ne sait pas comment c'est arrivé!», estime l'auteur.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin-Thomas Côté, animateur
Le Quotidien

Saguenay a lancé un débat important sur la cohabitation entre les piétons, les cyclistes et les automobilistes sur le réseau routier. Notamment, la ville souhaite faire respecter sa limite de vitesse de 30 km/h pour les cyclistes qui empruntent les pistes cyclables. Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec et l'animateur radio Martin-Thomas Côté, se penchent sur le sujet.

Il y a beaucoup trop de conducteurs qui se prennent pour Jacques Villeneuve au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Tout comme il y a beaucoup trop de cyclistes qui se prennent pour Pierre Lavoie! Souvent, le problème, c'est que les deux se côtoient au même moment sur nos routes et mènent de véritables campagnes électorales, l'un contre l'autre. Et vous devez chaque fois prendre position d'un côté ou de l'autre sinon vous êtes dans l'une des deux «sectes». Le partage de la route, ce n'est juste pas dans nos gènes!

On casse du sucre sur le dos des cyclistes. Combien de fois m'a-t-on accusé d'être de mauvaise foi chaque fois que je parlais de mon collègue en cuissard sur le boulevard Talbot?

Les cyclistes sont comme les perce-oreilles! Ils se sont multipliés depuis quelques années et on ne sait pas comment c'est arrivé!

Sous-catégories

On en croisait un il y a de cela quelques années, maintenant ils sont partout et c'est le chaos. Dans le groupe des cyclistes, il faut démêler les sous-catégories: les enfants, ceux qui en font un moyen de transport urbain, les professionnels et nos «ultras-multi-athlètes olympiques cheap en devenir». La majorité de nos problèmes sur la route sont avec le dernier groupe.

C'est eux qui font mauvaise réputation pour l'ensemble des cyclistes. C'est eux qui roulent deux de large sur le boulevard Sainte-Geneviève, qui ne font pas leurs lumières, leurs «stops», qui sont sur les pistes cyclables avec des bombes roulantes et qui font sacrer l'ensemble des automobilistes.

Des permis? Des plaques d'immatriculation? Des limites de vitesse? Des accotements plus larges? Votre solution sera la mienne, mais il faut faire quelque chose!

Dans ce contexte, la limite de vitesse que veut imposer la ville de Saguenay est un signal d'avertissement: vous devez vous discipliner pour pratiquer votre sport. Ce n'est pas parce que vous êtes en bicyclette que vous pouvez vous soustraire au Code de la route.

Mais force est de constater que du côté des automobilistes, on ne gagnera pas de prix Nobel non plus. Combien de «stops» fait à la va vite, de lumières brûlées ou de confusion de toutes sortes sur les routes du Saguenay! Vous pouvez toujours blâmer l'état des routes et vous aurez probablement raison.

Rois de la route

Je ne sais pas si c'est parce qu'on conduit davantage de camions qu'ailleurs en province, mais on a l'impression que les automobilistes sont les rois de la route.

Vous remarquerez que ce n'est jamais de la faute du conducteur lorsqu'il y a un incident diplomatique routier. C'est vrai pour moi et probablement pour vous aussi!

Mais j'ai une grande révélation pour vous: les cyclistes ne disparaîtront pas des routes. Et avec des ambassadeurs comme Pierre Lavoie, de plus en plus de personnes feront du vélo et nous devrons apprendre à finalement partager la route pour vrai. Ça demandera de la coopération de tous et un bon débat sur ce qu'on l'on va utiliser comme moyen pour faire régner l'ordre.

Mais, chers automobilistes, chers cyclistes, je vous dirai la chose suivante en conclusion: vous devriez essayer d'être un piéton à Saguenay.

C'est autrement plus complexe et désagréable que tout ce que vous avez pu vivre comme mauvaises expériences! Je suis moi-même père de deux enfants et de me promener avec les poussettes à Saguenay est une discipline olympique. Et à voir l'état de nos trottoirs, les piétons, tout le monde s'en fout...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer