La maladie du hockey

Contrairement à plusieurs villes dont Dollard-des-Ormeaux, aucun règlement... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Contrairement à plusieurs villes dont Dollard-des-Ormeaux, aucun règlement n'interdit de jouer au hockey dans la rue à Sherbrooke.

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Je vais vous faire une grosse confidence. J'aurais vraiment aimé aimer le hockey.

Et pour être bien franc avec vous, j'ai vraiment fait mon possible. D'ailleurs, j'ai encore souvenir de ces après-midi où mes cousins Mario et Renaud m'amenaient chez Morissette et où ils tentaient désespérément de m'inculquer les principes de base du hockey. Je vois encore cette impuissance dans leur regard. J'entends encore leurs conseils, mais surtout, leurs voix qui tentaient de masquer la pitié qui les habitait à l'égard de mon absence complète de facultés psychomotrices.

J'ai aussi fait du mieux que je pouvais pour devenir un bon spectateur de hockey. C'est même arrivé deux ou trois fois où, ne serait-ce que pendant quelques minutes, j'ai ressenti un léger aperçu de ce qui s'apparente à la fameuse fièvre du hockey.

Mais bon, quand j'ai pigé dans le sac à sports avant de descendre sur Terre, je m'y suis décidément pris tout croche. Par exemple, je suis un excellent joueur de quilles, je ne suis pas mauvais aux dards et je clenche tout le temps mon gars quand on joue à «Pige dans l'lac». Mais pour le hockey, c'est définitivement raté.

Et là, même si tout ça a l'air d'une blague, vous ne pouvez pas imaginer à quel point c'est l'enfer de ne pas aimer le hockey. Tout d'abord, il y a tous ces gens qui sont convaincus que vous n'aimez pas le hockey pour vous donner un genre. «Ben oui toi.» Qui serait assez idiot pour délibérément s'exclure des rares moments où la grande majorité de la population vibre au même diapason, et tout ça juste pour se donner un genre? Pas moi, en tout cas. Mon look perpétuel de Columbo des pauvres me suffit énormément.

Et puis, il y a aussi l'héritage. Parce que voyez-vous, j'ai quand même un petit bonhomme à la maison et je sais qu'un jour ou l'autre, lorsqu'il commencera à fréquenter l'école, il voudra certainement s'intégrer aux autres. Et si je vous dis ça, c'est par expérience. Parce que je sais qu'avec le peu de bagages qu'il détient en matière de hockey, il y a de fortes chances pour qu'il passe pour un véritable extraterrestre lorsque notre sport national sera en cause.

Alors voilà, j'aime Abba, j'aime regarder les émissions poches du matin à la télé, j'aime manger des chips BBQ en buvant du lait, mais j'ai complètement oublié de cocher la case hockey.

Maintenant, si je vous raconte tout ça, c'est que je sais que je ne suis pas le seul à vivre avec ce malheur. Je me ferai donc porte-parole de tous ces non-amoureux du hockey et je m'adresserai particulièrement aux grands fans de hockey.

Tout d'abord, on ne fait pas par exprès pour ne pas aimer ça.

Il faut aussi savoir que ce n'est pas parce que je me sacre totalement des résultats de la "game" d'hier que je me sacre de vous. Par exemple, chaque jour, je tombe sur un truc musical ou un phénomène web qui me fait complètement capoter et quand bien même que j'irais aborder tout le monde dans la rue pour leur dire à quel point ils doivent voir ou entendre ça, je sais très bien que ça n'intéressera qu'une infime partie de gens. Et vous savez quoi? Je vivrais une existence bien triste si j'osais penser que les gens qui ne partagent pas mes passions bizarres me méprisent.

Alors la prochaine fois que vous vous retrouverez entre copains et que vous vous enthousiasmerez à propos de la dernière partie des séries, soyez donc compréhensifs avec le gars de la gang qui n'aime pas le hockey. Ne vous empêchez surtout de parler de ce qui vous fait tripper, mais n'allez pas l'attaquer en le voyant comme une espèce d'ennemi ou un snob cheapette. Ayez pitié de lui.

Parce que si ça pouvait se guérir, tout le monde aimerait le hockey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer