Éviter l'alzheimer historique!

Le criminaliste Charles Cantin... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le criminaliste Charles Cantin

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles Cantin
Le Quotidien

Dans un tribunal, vous constatez rapidement la présence de décorum, de directives et de symboles. Le système judiciaire canadien a hérité d'un bon nombre de traditions principalement britanniques. Ce n'est pas le fruit du hasard. Qu'il y ait peu de changements témoigne de la dignité et de l'immuabilité de notre système, signe de constance et de primauté du droit.

Un vieux proverbe dicte que l'on ne change pas une formule gagnante. Notre système, quoique sans être parfait, fonctionne très bien. Il veut que nous soyons égaux devant la loi, traités équitablement. Les avocats sont vêtus de la même façon, en toge, démontrant cette égalité devant la loi. Les témoins devront prêter serment sur la Bible ou par affirmation solennelle. Toute allégeance sera prise en compte. Devrait-on exclure la Bible au nom de la laïcité? Pourquoi changer une formule gagnante?

La Bible n'est pas là pour contraindre les consciences, pour dicter, mais pour confirmer l'empreinte menant vers la vérité. Pourquoi faire un débat? La bible fait partie des traditions et du patrimoine. Au Québec, nous avons une facilité à enfouir au sous-sol nos souvenirs et notre histoire. Pourquoi exclure la Bible quand vous avez l'opportunité de procéder à l'affirmation solennelle? Les saintes Écritures ne sont pas là aux fins de prosélytisme. On n'impose aucune religion, aucun accroc à la laïcité. Selon la Commission Bouchard-Taylor, la présence d'un signe ou d'un rituel religieux n'érode pas la laïcité de l'État: «un symbole religieux est donc compatible avec la laïcité lorsqu'il s'agit d'un rappel historique plutôt que le signe d'une identification religieuse de la part d'une institution publique».

Dans notre société, vous retrouverez des citoyens athées, des agnostiques, des intégristes, des fanatiques et tous ceux qui adhèrent à une large gamme de traditions religieuses et spirituelles. Exclure la Bible nourrira les oppositions, amplifiera ce débat stérile sur la laïcité imposée alors que tout fonctionne sans embûches. Une définition exacte de la laïcité devrait chercher à distinguer ce qui représente une forme d'établissement de la religion de ce qui est relié au patrimoine historique.

Les sociétés européennes ont compris que la préservation des symboles et des églises était associée au patrimoine. Avec comme slogan national «Je me souviens», nous aurions intérêt à maintenir le statu quo dans la conservation de nos institutions! L'affirmation solennelle peut combler et satisfaire toutes les croyances et les exemples du mauvais fonctionnement de prêter serment sont à ce jour inexistants.

L'intérêt de la justice ne commande qu'une seule chose, et c'est la recherche de la vérité. La vérité recherchée devrait en tout moment triompher, indépendamment de tout signe ostentatoire. Enlever la Bible du prétoire du palais laisserait la place à une pseudo laïcité. Jurer sur la Bible, à condition que l'on y croie n'interfère d'aucune façon sur l'indépendance judiciaire respectant de ce fait la séparation des pouvoirs.

La laïcité se voulant un acte de tolérance, pourquoi ne pas tolérer pour ce qu'ils appellent une relique qui caractérise des décennies d'histoire. Et pour ceux qui souffrent de vampirisme et qui ont peur de se brûler la maison sur le livre sacré, ne vous inquiétez pas, le juge procédera à l'affirmation solennelle. De cette façon, l'on peut prétendre à la liberté de conscience, et de religion et également à la mentalité religieuse de l'État.

Une société d'archives comme la nôtre ne devrait pas se laisser gagner par un Alzheimer historique. Elle n'a pas le droit de faire fi du parcours d'une nation à travers le temps, ni de négliger ce qui au fil des siècles a contribué à modeler et définir le profit d'un peuple. Les coutumes ne sont pas des caprices qui passent. Elles évoluent avec le temps, se solidifient à travers l'histoire pour former un ciment culturel. Vous pouvez même parier que le maire Tremblay devrait voir ses voeux exaucés dans l'histoire de la prière! Par contre sur cet aspect, ne me demandez pas de le jurer!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer