Pour le maintien!

Liz S. Gagné... ((Archives))

Agrandir

Liz S. Gagné

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Liz S. Gagné
Le Quotidien

(Chicoutimi) L'assainissement des finances publiques est un enjeu de taille et le milieu de l'Éducation, avec en tête les commissions scolaires, en est conscient. Cet exercice économique passe par le déploiement d'efforts concertés de tous les acteurs. Le système québécois de l'Éducation, tout comme celui de la Santé, a lui aussi son rôle à jouer!

Toutefois, je crois fermement que ce n'est pas en abolissant les commissions scolaires que le gouvernement du Québec y trouvera son compte en termes d'économie. Forte d'un taux dédié aux services administratifs de l'ordre de 4,31 % à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, je lance le défi à tout autre organisme public d'en faire autant!

Évolution

Le fonctionnement actuel de nos organisations doit bien sûr évoluer, même si des efforts considérables de réductions des dépenses ont été réalisés dans notre organisation (plus de 10 millions $ au cours des quatre dernières années) et nous avons réussi le tour de force de ne pas toucher aux services directs aux élèves. Cela dit, la solution ne réside pas simplement dans le maintien ou l'abolition des commissions scolaires au Québec, il faudra repenser un modèle québécois de gouvernance efficace et efficient incluant tous les ordres d'enseignement (primaire, secondaire, collégial, universitaire).

Cela dit, les régions situées en dehors des grands centres feront face à un enjeu de taille: qui d'autres que les élus locaux seront en mesure de répondre aux besoins réels du milieu exprimés par les familles, la clientèle jeune et adulte que nous desservons et les entreprises locales? L'accessibilité et la qualité des services aux élèves, la réussite éducative, l'occupation du territoire motivent chacun des élus scolaires.

Quel sort réservera-t-on à ces petites écoles de village que nous maintenons ouvertes malgré d'importantes décroissances de clientèle? Qui assurera l'équité dans les services offerts?

L'incertitude quant à l'avenir des commissions scolaires et les compressions successives qu'on leur impose sèment beaucoup de morosité dans le milieu scolaire. Elle affecte le moral de milliers d'employés dévoués au milieu de l'Éducation au Québec en remettant en question le travail dans lequel ils s'investissent quotidiennement.

Quelle vision voulons-nous mettre de l'avant dans notre système d'éducation québécois? Au fil des ans, les gouvernements de toute allégeance se succèdent; force est de constater que chacun d'eux considère le milieu de l'Éducation, non pas comme un investissement permettant à des jeunes de se développer et d'acquérir des compétences, mais plutôt comme une dépense constamment remise en question. Investir dans l'Éducation, c'est aussi se préoccuper de l'avenir d'une société et des citoyens de demain.

Les commissions scolaires ont été créées pour garantir une accessibilité et une équité de services à tous les élèves et il faut continuer de défendre avec détermination et conviction ces principes qui font consensus au sein de la société québécoise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer