Le temps de faire le point

Partager

Sur le même thème

CLAUDE VILLENEUVE
Le Quotidien

En célébrant ses 175 ans, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean occulte son occupation multimillénaire par les Ilnus, sa toponymie originale et son caractère unique. Notre devenir s'inscrit donc dans les perspectives tronquées de l'histoire agricole et industrielle.

Si le passé est garant de l'avenir, le nôtre n'est pas brillant. Si nous continuons encore une génération à prioriser l'exploitation des ressources naturelles, nous serons devenus trop insignifiants pour mériter d'exister plus longtemps. En persistant dans la même voie, nous sommes perdus. Trois éléments m'apparaissent incontournables pour changer les choses durablement. C'est ce que je nous souhaite collectivement.

D'abord une mobilisation sociale à base communautaire. Cette mobilisation inclusive trouve ses racines dans le développement du sentiment d'appartenance, de la confiance en soi et aux autres et du pouvoir que chacun d'entre nous possède de changer les choses. Des éléments existent sur lesquels nous pouvons construire: caisses populaires, sociétés à base communautaire, coopératives forestières, regroupements de producteurs biologiques, groupes d'intégration des immigrants. Il s'agit de donner de la valeur ajoutée aux produits extraits de nos ressources, mais surtout de la valeur aux personnes et aux idées, tout en maximisant la répartition des bénéfices à la base.

Puis, une remise en question de nos élites. Pour la plupart, nos élites sont issues d'une culture dominante qui est la même qui nous a mis dans la situation actuelle. Continuer de leur faire confiance aveuglément est un luxe que nous ne pouvons plus nous permettre. Sachons poser les vraies questions et rafraîchir la donne. Sans un nouveau leadership régional et des idées innovantes, nous n'irons nulle part.

Enfin, rangeons-nous derrière l'UQAC. Notre université a plus que jamais un rôle déterminant à jouer pour l'avenir de la région. Elle doit le faire dans un contexte difficile où les budgets ne sont pas au rendez-vous, où le corps professoral ne se renouvelle pas bien et dans un contexte de compétition internationale accrue. Avec un nouveau recteur qui prépare son schéma directeur pour les cinq prochaines années, le moment est bon pour associer le développement durable de la région à ce moteur d'innovation. Si nous ratons l'occasion cette fois-ci, qui sait quand elle se représentera? Un anniversaire est un bon moment pour faire le point. Je souhaite qu'au delà des réjouissances qui célèbrent ce que nous sommes, nous ayons la sagesse de nous évaluer sans condescendance pour permettre à nos enfants et à nos petits-enfants de regarder les perspectives du 200e avec un peu plus d'optimisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer