Nouveau début

Partager

Nicole Huybens
Le Quotidien

La semaine prochaine, c'est Noël. J'aimerais tellement qu'aujourd'hui, fameuse date du calendrier maya que certains interprètent comme la fin du monde, signifie en fait le début d'un monde nouveau. Un collègue m'a dit connaître des personnes que le 21 décembre angoisse tellement qu'elles n'en dorment plus. Les angoisses aussi fortes sont mauvaises conseillères souvent, parce que si la fin du monde était programmée pour ce soir par quelque esprit malveillant, quelles raisons aurions-nous de nous préoccuper de l'avenir, des enfants et petits-enfants, de la nature? Une blague circule sur Facebook à propos d'une phrase attribuée à la NASA qui confirme que ce soir, le ciel sera noir et qu'il s'agit là d'un phénomène appelé «nuit». Ce sera la fin d'un jour, un moment où notre bout de pays ne sera pas éclairé par le soleil, comme tous les autres jours et comme bien des jours dans l'avenir. Là-dessus, il n'y a que des certitudes! On le sait: le soleil ne va pas nous anéantir, aucun trou noir ne va nous dévorer, il n'y aura pas d'alignement particulier des planètes ni d'inversion des pôles cette nuit.

Fins

Les humains ont prévu toutes sortes de fins du monde depuis des lustres. Nous portons une angoisse fondamentale de voir disparaître ce qui permet la vie. Il y aura certainement bien une fin du monde un jour. Dans des milliards d'années, notre soleil sera devenu une naine blanche. Peut-être qu'avant cela une météorite géante viendra s'écraser quelque part sur notre planète et il arrivera à la plupart des espèces vivantes ce qui est arrivé aux dinosaures. Peut-être que nous vivrons une pandémie mondiale due à un virus que nous ne connaissons pas encore et qui fera disparaître une partie de l'humanité. Les changements climatiques, dont nous sommes responsables, contribueront à mettre fin aux grands équilibres terrestres que nous connaissons. Une guerre nucléaire, l'épuisement des sols et la pollution des eaux sont des menaces pour notre survie aussi. À bien y regarder, le péril semble plus lié à nos comportements qu'à des événements extraterrestres. Et avant l'apocalypse, nous avons largement le temps d'en prendre conscience et de concentrer nos efforts sur une indispensable humanisation de l'humanité.

Il y a à peu près 2000 ans, on dit qu'il est né quelque part du côté de Bethléem un enfant porteur d'un message d'amour, et on a beaucoup espéré qu'il s'agissait là du début d'un autre temps pour l'humanité. C'est ce souvenir que nous fêtons chaque année, Noël après Noël: cet espoir fou qu'un jour l'humanité sera capable de surmonter sa barbarie meurtrière et son agressivité naturelles pour laisser plus de place à sa bienveillance, sa soif de justice et de connaissances qui lui sont tout aussi naturelles. Et même si notre monde est plein de la violence des hommes, je décèle aussi des avancées dans la bienveillance naissante des humains pour les autres humains et pour la nature. Et je m'y accroche pour que dans 2000 ans un autre chroniqueur puisse écrire que depuis la dernière date inscrite sur le calendrier maya, on a fait un autre bout de chemin.

Voeux

Je vous souhaite de célébrer la fête de Noël au milieu des rires et du bonheur que procure la certitude d'être relié à d'autres humains par l'amour dans la famille ou avec des amis. Je vous souhaite aussi des moments d'émerveillement et d'admiration pour la nature qui nous fait le cadeau ici d'une Noël blanc éblouissant année après année. Ce sera le début d'un temps nouveau si nous le voulons seulement. Et ne vous empêchez surtout pas d'y contribuer. Même si d'autres s'en soucient peu, c'est un cadeau à faire à ceux qui nous suivront de nous mobiliser aujourd'hui pour que leur monde soit plein d'espoir. Et si le 22 décembre désignait effectivement le début d'un autre monde, alors c'est que l'intuition des hommes qui ont interprété le calendrier maya valait la peine d'être prise au sérieux... un peu!

Nicole Huybens verse son cachet à la campagne majeure de financement de l'UQAC

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer