Manger sans angoisser

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Contrairement à l'automobile, on peut varier les ingrédients,... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Contrairement à l'automobile, on peut varier les ingrédients, et oui, une pizza, des croustilles et de la nourriture grasse et riche de temps en temps, ça ne fait pas de mal et ça ne réduira pas non plus l'espérance de vie.

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Caroline Poirier
Le Quotidien

CHRONIQUE / Mars, mois de la nutrition. Vous le savez, j'ai quelques réticences avec cette thématique ! Pourquoi seulement en mars... que je vous répète chaque année ?

Autant dans mes chroniques que dans mes cours, ce que j'aimerais vous apporter comme façon de voir la chose, c'est qu'il y a des choix simples à faire au quotidien, sans se stresser.

Je le sais, je ne suis pas médecin, nutritionniste ou autre spécialiste de la santé. Mais, tout comme la plupart d'entre vous, je suis certaine que je suis capable de faire la part des choses.

Une des phrases que je vous répète le plus souvent est de ne pas oublier à quoi sert la fonction de s'alimenter, pourquoi on prend le temps de se nourrir. 

Plusieurs raisons seront évoquées, mais au quotidien, ne serait-ce pas le besoin de fournir à notre organisme un carburant pour avoir l'énergie nécessaire pour avancer, à réaliser nos tâches ?

Cette phrase revient souvent aussi : lorsque vous faites le plein de votre voiture, vous mettez de l'essence, celle qui est recommandée par le fabricant pour avoir les performances optimales. Vous ne mettrez pas un quelconque liquide juste pour emplir l'espace vide.

Heureusement, contrairement à l'automobile, on peut varier les ingrédients, et oui, une pizza, des croustilles et de la nourriture grasse et riche de temps en temps, ça ne fait pas de mal et ça ne réduira pas non plus l'espérance de vie. C'est bien plus l'« obsession » de bien manger qui n'est plus du tout santé.

Et pour terminer la catégorie « phrases répétées souvent » : le meilleur conseil, selon moi... et bien d'autres : variez votre alimentation afin d'y retrouver un équilibre entre la qualité nutritive et le plaisir de manger, et ce, tous les jours, toutes les semaines, tous les mois... pas seulement en mars.

Saviez-vous ce qu'est l'orthorexie ?

Ne soyez pas surpris si vous ne le savez pas. Même le dictionnaire utilisé dans l'outil de correction Word n'est pas au courant. Il m'indique que je fais une erreur d'orthographe. Ce n'est que depuis 2012 que le terme orthorexie a fait son entrée officielle dans le Petit Larousse pour décrire cette condition encore peu connue : « Trouble qui pousse une personne à s'attacher de manière obsessionnelle à la qualité des aliments qu'elle absorbe. »

C'est le Dr Steve Bratman qui fut le premier à décrire l'orthorexie en 1997, mot provenant du grec orthos qui signifie correct et orexis, appétit.

Vous surveillez votre alimentation et pensez que ça peut vous concerner ? Il existe un test qui pourra vous aider à voir plus clair, le test « Bratman », mais avant de vous rendre jusque-là, voyez un peu les croyances d'un orthorexique classique : 

« Ne pas manger de légumes qui ont quitté le contact avec la terre depuis plus de 15 minutes ; mâcher au moins 50 fois chaque bouchée avant de l'ingurgiter ; se contraindre à ne manger que du poisson, mais pas d'oeufs, certains légumes, mais pas tous, tant de fois, à tel moment, de telle façon, ne jamais être rassasié, etc. » Comme vous pouvez le constater, l'orthorexie amène une véritable souffrance. Elle aura un impact direct dans le quotidien des personnes atteintes qui pourra aller jusqu'à causer de l'anxiété et de la dépression.

Sources : passeportsanté.net, extenso.org, agrobiosciences.org et Dictionnaire Larousse.

Petit retour sur certains termes culinaires

Puisque ces informations me sont encore très régulièrement demandées, j'ai jugé bon de les revoir.

Du beurre pommade, c'est tout simplement du beurre mou, à la température de la pièce que vous pourrez travailler facilement. Le terme se réfère au mot pommade : préparation molle et grasse.

Le sucre en poudre, appelé ainsi dans les livres de recettes français, désigne le sucre granulé, le sucre de table, celui que l'on utilise couramment au Québec.

Le sucre glacé, quant à lui, correspond à ce que nous appelons le sucre en poudre. Il faut donc faire attention puisque, si on les confond, ça peut faire une grosse différence au final dans une recette de pâtisserie.

La levure chimique, appelée aussi poudre levante ou backing powder et poudre à lever. Tous ces termes désignent une seule et même chose chez nous, la poudre à pâte.

ÉCHALOTES FRANÇAISES, SÈCHES OU GRISES

Leur saveur est plus parfumée et plus subtile que celle de l'oignon. Elles sont surtout utilisées dans les préparations de mets délicats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer