Une bogue dans la cuisine?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Des châtaignes... (Photo 123RF)

Agrandir

Des châtaignes

Photo 123RF

Caroline Poirier
Le Quotidien

CHRONIQUE / Bon, nous y voilà. J'ai travaillé à l'envers dans les dernières chroniques sur les châtaignes puisque les recettes sont venues avant les informations. Encore une fois, assez confondant comme sujet : quelle est la différence entre les marrons et les châtaignes ? Pour les botanistes, ils sont produits par des espèces différentes d'arbres bien distincts : le châtaignier et le marronnier. Pour le cuisinier, ce n'est pas tout à fait ça...

Marrons et châtaignes, quelle différence ?

Les marrons que l'on croit consommer sont en fait...des châtaignes. Cependant, les deux fruits proviennent du même arbre...le châtaignier. Qu'est-ce qui fait qu'un marron est un marron et une châtaigne, une châtaigne ? C'est que le marron, au sein de la bogue, n'est pas cloisonné, il n'y a donc pas de replis de la peau à l'intérieur de la chair. On n'y compte qu'une seule amande tandis que la bogue qui renferme la châtaigne contient plusieurs amandes. Le marron, au sens culinaire du terme, est donc plus gros et plus rond et doit répondre à certains critères de belle forme pour se nommer « marron ». Il existe près de 700 espèces de châtaignes, dont la taille du fruit varie de quelques grammes à plus de 30 grammes. 

La châtaigne ayant été longtemps le fruit du pauvre et la nourriture des cochons, c'est ce qui explique que certains y voient une connotation sociale. Ainsi, en la nommant « marron » lorsque la châtaigne se retrouvait sur la table des nobles, elle prenait de la valeur et pouvait se tirer un rang !

Saviez-vous ?

• Le fruit en forme de boule est recouvert de piquants entrecroisés tellement blessants qu'il est bien difficile de le saisir avec les doigts.

• Le tan est le tégument laineux cloisonnant plus ou moins le fruit. 

• La bogue est le nom donné à l'enveloppe hérissée de piquants qui protège les châtaignes, fruits du châtaigner.

• La bogue éclate dès que les noix (1 à 3) sont mûres à l'intérieur. Celles-ci sont enveloppées d'une coque à l'aspect de cuir qui éclate quand on les fait griller.

• Le mot « marron » dérive de l'italien « marrone » issu probablement du radical préroman « mar » désignant « pierre, rocher ».

• Le châtaignier commun ou Castanea sativa doit son nom au mot grec « castanea » en rapport avec la ville Castanis, ville du nord-est de la Turquie célèbre pour la qualité de ses châtaignes, dans la période de l'Antiquité. 

• En espagnol, son nom « castano » a donné le nom aux castagnettes.

• Le poids de la châtaigne peut varier de 10 à 25 grammes selon la variété.

• Les abeilles produisent un miel de châtaignier qui est foncé au goût prononcé.

• En France, même les feuilles sont recherchées pour parfumer et emballer le fromage de chèvre comme « le mothais sur feuille ».

• Nommé « arbre à pain » et aussi « arbre à saucisses » pendant très longtemps puisque la châtaigne servait de nourriture pour les porcs. Les feuilles fraîches servaient de fourrage hivernal pour les chèvres et les moutons et sèches, elles étaient utilisées comme litière. Le bois inaltérable et résistant aux parasites servait de matériau de construction. 

• Les châtaignes peuvent se consommer grillées sous la cendre ou dans des poêles trouées, bouillies ou grillées au four. Elles se conservent bien séchées ou sous forme de farine. Séchées, on les conserve comme les céréales et elles entrent dans la confection d'une soupe nommée « bajanat ».

Attention au marron d'Inde !

Soyez prudents puisqu'il existe des marronniers qui produisent des fruits toxiques. Ce sont les marronniers d'Inde ou marronniers communs que l'on voit le plus souvent en bordure des rues de ville ou dans les parcs. Malgré son nom, il n'est pas originaire de l'Inde puisqu'il croît dans les montagnes du nord de la Grèce jusqu'à la mer Caspienne.

Ces fruits non comestibles sont utilisés pour leurs propriétés médicinales, notamment dans la préparation des toniques veineux. Son extrait est utilisé pour lutter contre les hémorroïdes et aussi pour faire disparaître les cernes sous les yeux ! Ce serait son effet tonique qui aiderait à décongestionner les tissus et ainsi permettre de diminuer l'enflure et l'apparence bleue de la peau. 

Aux grands maux, les grands moyens. 

Comme bien des inventions, la crème de marrons, dont je vous ai donné la recette précédemment, résulte d'une petite problématique de perte de production. C'est en 1885 que l'industriel Clément Faugier qui cherchait à trouver une façon de récupérer les brisures des marrons glacés aurait créé accidentellement la crème de marrons. Merci pour ce délicieux accident !

Regarder sur votre terrain 

• Ressemblant aux châtaignes, les glands de chênes à gros fruits, du latin quercus macrocarpa, sont gros et comestibles. Ils sont reconnus pour leur arôme assez doux. 

• En période de restrictions, les glands étaient torréfiés pour donner un succédané de café et entraient également dans la nourriture pour les porcs.

• Les autochtones d'Amérique les consommaient croyant que ceux-ci contenaient des propriétés médicinales. 

Sources : wikipedia, futura-sciences.com, deco.fr, gourmandisesansfrontieres.fr, fondation-lamap.org, www.snv.jussieu.fr.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer