Tout sur la patate douce

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Bien souvent confondue avec la pomme de terre, appelée à tort... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

 

Caroline Poirier
Le Quotidien

CHRONIQUE / Bien souvent confondue avec la pomme de terre, appelée à tort «patate», en lui ajoutant l'adjectif «douce», on évite ainsi de la confondre avec cette dernière. Originaire de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud, elle est aussi appelée camote dans certains pays. Souvent réservée aux purées pour les bébés, nous aurions tout intérêt à l'intégrer à notre alimentation également. En voici plusieurs raisons.

Patate douce contre pomme de terre

Lorsque la pomme de terre est cuite au four ou bouillie et qu'elle est consommée sans garniture grasse, elle n'est pas très cruelle dans notre alimentation. C'est bien sûr, lorsqu'elle est frite, qu'elle devient un aliment considéré moins intéressant côté santé. Considérée comme un légume, certains préfèreraient la voir classée davantage comme un féculent puisqu'elle contient beaucoup d'amidon.

Comparée avec la pomme de terre, on optera pour la patate douce pour plusieurs raisons. Ayant un indice glycémique bas, ses sucres naturels ont l'avantage d'être lentement absorbés par l'organisme. La patate douce nous procure donc une source d'énergie régulière sans pic de glycémie responsable de fatigue et de prise de poids.

Sur le site de doctissimo.fr, on peut lire que «si vous mangez une patate douce cuite au four, votre taux de sucre sanguin augmentera 30% de moins que si vous consommez une pomme de terre cuite au four. En plus d'avoir un index glycémique faible (50 contre 85 pour les pommes de terre cuites au four), ce féculent est très riche en fibres.»

Un légume tellement polyvalent

La patate douce cuite à l'eau, à la vapeur, au four, à la poêle, en frites ou en croustilles servira d'accompagnement. Elle pourra aussi être ajoutée aux mijotés, aux soupes, aux currys, aux omelettes... En purée ou râpée, elle entrera dans la composition de biscuits, muffins, tartes, brioches, crème glacée... On en fera des confitures, des marmelades et des pâtes de fruits... Comme vous pouvez le constater, il n'en tient qu'à vous de choisir à quel moment vous voulez l'utiliser dans votre cuisine.

Conserver la pelure

Tout comme pour la pomme de terre, la pelure de la patate douce est comestible et contient beaucoup de nutriments. Même si vous décidez de ne pas la manger après la cuisson, vous aurez gagné une partie de ses bienfaits en la conservant sur le légume durant la cuisson. N'oubliez pas de bien les brosser avant de les cuire.

La pelure de la patate douce contient plus d'anthocyanines (pigments reconnus pour leurs pouvoirs antioxydants) que la chair. Plus la chair de la patate douce est foncée, plus elle est riche en anthocyanines.

Les variétés ne manquent pas

La couleur de la peau pourra varier: beige, brune, jaune, orange, rouge, violette. La chair tout autant: blanche, beige, jaune, orange, rouge, rose, violette.

Notez cependant que celles avec la chair blanche ou jaune pâle sont moins sucrées et ont un taux d'humidité inférieur à celles qui sont rouges, roses et oranges.

Les feuilles de la patate douce se consomment à la manière des épinards, contrairement à celles de la pomme de terre qui sont toxiques.

La patate douce en Ontario

Cultivée dans le monde entier, dans les endroits où l'on retrouve suffisamment d'eau et de soleil, deux variétés proviennent depuis un certain temps de l'Ontario. Ce sont principalement les variétés Beauregard et Covington, qui sont récoltées le long des côtes nordiques et sablonneuses du lac Érié.

La conservation des pommes de terre et des patates douces

La température froide du frigidaire amène leurs amidons à se transformer en sucre, ce qui donnera un goût sucré étrange et une texture désagréablement granuleuse. La meilleure façon de les conserver sera dans des sacs en papier, dans un endroit frais et sec, à l'abri de la lumière. Ne pas les entreposer dans des sacs en plastique. Ils emprisonnent l'humidité et accélèrent la décomposition.

La suite la semaine prochaine avec des recettes à base de patates douces

Sources: patatesdouces.com, passeportsante.net et ontario.ca/fr/terre-nourriciere/aliments/la-patate-douce

Autres chroniques

Dans l'onglet chronique sur mon site Web, entrez ces mots dans l'outil de recherche pour plus de détails sur ce sujet: La pomme de terre sous plusieurs angles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer