Reconnaissance des fraternités monastiques

Le monastère des Fraternités monastiques du Coeur de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le monastère des Fraternités monastiques du Coeur de Jésus est situé sur le boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Vous remontez le boulevard Saint-Jean-Baptiste (direction La Baie) et après le Ricochet, vous voyez un bâtiment sur votre gauche. On dirait une chapelle. Vous vous demandez de quoi il s'agit... Ce lieu est un monastère où vivent les Fraternités monastiques du Coeur de Jésus, reconnues récemment comme Association publique de fidèles par Mgr André Rivest.

Depuis quelques décennies, l'Église a vu naître de nouvelles communautés pour répondre aux besoins de la nouvelle évangélisation. Certaines ont une couleur plus active, d'autres un caractère plus contemplatif. Que ce soit par le service des démunis, l'enseignement, le soin des malades, ou bien par la prière et l'offrande de la vie quotidienne, chacune a son rôle à jouer dans l'Église et le monde.

Nos fraternités se situent dans la grande tradition monastique qui remonte aux premiers siècles de l'Église, alors que des hommes (et des femmes) se retiraient au désert pour y mener une vie de prière et d'humble travail. Une vie cachée, oubliée de tous, mais non moins active, invisiblement, comme le levain agit dans la pâte pour faire lever le pain.

Idéal de vie

Notre spiritualité est inspirée par le Bienheureux Charles de Foucauld. D'une famille de la noblesse française, il a été militaire en Algérie puis renvoyé de l'armée pour indiscipline. Il menait une vie mondaine, dilapidant l'héritage familial. Il décide alors d'explorer le Maroc. Son contact avec les musulmans l'a amené à renouer avec la foi catholique de son enfance. Il a vécu une expérience de rencontre avec Dieu. L'amour de Jésus pour lui l'a transformé et il a décidé de consacrer sa vie à Dieu, d'abord comme moine trappiste, puis comme moine missionnaire dans le désert du Sahara où il a côtoyé les Touaregs. Il était le seul chrétien (prêtre de surcroît) en terre d'Islam. Il n'a jamais cherché à convertir ses voisins par la prédication. Son idéal de vie était celui de Jésus à Nazareth. Il se sentait appelé à être « un grain de blé semé en terre, qui donne du fruit en son temps ».

Les évangiles parlent peu des trente premières années de la vie de Jésus : son humble travail de charpentier, les repas et prières en famille avec Marie et Joseph. Avant de prêcher aux foules l'amour de Dieu et du prochain, il a vécu quotidiennement ces commandements sans que personne ne sache qu'il était le Fils de Dieu. Et pourtant, il était déjà l'Emmanuel, c'est-à-dire « Dieu-avec-nous ». En venant au désert, le frère Charles voulait que Jésus soit présent au coeur de ces populations qui ne le connaissaient pas. C'était sa manière de porter l'Évangile sans faire de bruit. Une présence humble, discrète, mais combien agissante. Un rayonnement d'amour qui touche les coeurs presque à leur insu, mais toujours dans le respect de leur liberté.

Les Fraternités monastiques du Coeur de Jésus font partie de cet héritage de Charles de Foucauld et cherchent à être une oasis de silence et de paix dans le désert du monde. Notre chapelle est ouverte de 6 h 45 à 21 h pour toute personne qui veut s'y recueillir ou participer aux temps de prière communautaire et à la messe quotidienne. Nous avons même quelques chambres pour qui veut vivre un temps de retraite ou de ressourcement. Pour plus d'informations, visitez notre site Internet au www.monasterecoeurdejesus.com. Notre devise « Aime et tu vivras, Aime et tu feras vivre » traduit bien notre mission : être une présence aimante au coeur d'un monde qui en a bien besoin.

En ce jour de Noël, Jésus veut être présent pour chacun et chacune d'entre nous. Peu importe l'état de mon coeur, de ma vie. Après tout, il est né dans une grotte froide et insalubre. Tout ce qu'il désire, c'est avoir une place dans ma vie, que je le laisse m'aimer tel que je suis. Alors cette année, y aura-t-il une place pour l'Enfant-Jésus, dans la crèche de mon coeur ? C'est le Noël que je nous souhaite ardemment ! 

P. Marie-Jonathan Lavoie,

Moine du Coeur de Jésus

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer