Démystifier le rôle de l'évêque

Mgr André Rivest est à l'écoute des confirmands,... (Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Mgr André Rivest est à l'écoute des confirmands, désireux de les connaître, de se faire proche. Peut-être à l'exemple d'un certain Jésus de Nazareth sur le chemin d'Emmaüs!

Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / En invitant leur évêque à rencontrer tous les groupes de confirmands adultes, des agentes et agents de pastorale ont tendu une perche que notre évêque s'est empressé d'agripper!

S'il avait déjà l'intuition de sortir pour aller à leur rencontre, il fallait lui en fournir l'opportunité. Ces jeunes adultes ont souvent un a priori négatif au sujet de l'Église qu'ils ne connaissent que par des images qu'ils transportent dans leur mémoire. Le fait de voir cet homme simple, souriant, ouvert brise très vite quelques préjugés. Il est d'abord à leur écoute, désireux de les connaître, de se faire proche. Peut-être à l'exemple d'un certain Jésus de Nazareth sur le chemin d'Emmaüs!

Que permet cette rencontre?

Les confirmands ne rencontrent pas souvent un prêtre, encore moins un évêque! Cela permet de démystifier le rôle et de prendre conscience que celui-ci est accessible et humain. Du fait qu'il vient à eux, il devient un proche et ils saisissent la chance qu'ils ont. C'est l'occasion de poser des questions, d'apprendre à se connaître les uns les autres avant la célébration. Cela permet de créer des liens d'amitié entre l'évêque et les jeunes, entre les jeunes eux-mêmes et entre les animateurs et animatrices. Cette rencontre se termine par le rite d'appel, une démarche signifiante et invitante pour la célébration à venir. Il s'agit d'un temps liturgique dans le quotidien, qui part d'un mouvement intérieur pour vivre la Parole les uns avec les autres.

Le bilan

Dans l'ensemble, le bilan des rencontres est très positif, même si nous sommes toujours à les parfaire afin qu'elles répondent mieux à la demande. Cependant, dès que nous trouvons une réponse à une interrogation, d'autres questions émergent... La vie est ainsi faite, elle ne permet pas l'immobilisme. Nous sommes un peuple en marche et à l'écoute de l'Esprit qui insuffle la direction à prendre.

Les pas à faire, à oser?

Le défi permanent de cette rencontre est qu'elle atteigne ses objectifs. En premier lieu, il importe de la préparer adéquatement avec le groupe. Cette préparation aide à responsabiliser les jeunes, à prendre la parole, à partager simplement leur expérience de cheminement, à casser plus rapidement la glace, à oser questionner sur certaines problématiques ou préoccupations, quitte à déstabiliser leur interlocuteur et tout cela dans la confiance et sans préjugés.

Il est bon aussi de souligner le rôle des parrains et des marraines de confirmation. Leur présence pourrait être plus significative durant cette rencontre conviviale avec l'évêque.

Enfin, lors du rite d'appel, la prudence est de mise, car trop en ajouter pourrait nuire à la démarche et au cheminement des confirmands. Un équilibre est à trouver entre la structure du rite et la place laissée à la spontanéité et à la créativité. Les adultes qui demandent à être confirmés sont à peine reliés à l'Église. Ils ont la foi, ils désirent donner du sens à leur vie par la spiritualité offerte par Jésus-Christ, mais ils sont réticents aux « protocoles » qui ponctuent leur démarche. Notre pastorale doit poursuivre ses efforts pour ajouter un suivi à moyen et long termes, afin de garder contact et voir à rallier d'autres activités ou susciter l'engagement communautaire.

Sabrina Adam

Équipe diocésaine de pastorale

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer