Une autre page d'histoire se tourne

La résidence des Frères maristes de la rue... (Photo courtoisie)

Agrandir

La résidence des Frères maristes de la rue Riel à Chicoutimi.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Une page d'histoire vient de se tourner avec la fermeture puis la vente récente de la dernière résidence des Frères maristes au Saguenay, soit celle de la rue Riel à Chicoutimi, qui avait été ouverte le 4 janvier 1967.

Rappelons ici à la mémoire des personnes qui les ont connus, les noms des supérieurs successifs, soit les Frères Eugène Sauvageau, Paul Simard, Robert Allard, Gaétan Létourneau, Claude Lavallée et Jacques Larouche, le dernier résidant après le départ du Frère Christian Germain.

Au cours de ces années, les Frères se sont occupés en grande partie de l'enseignement à l'école Charles-Gravel et se sont impliqués dans de nombreuses activités apostoliques, culturelles, sportives et très éducatrices avec les jeunes, même à l'extérieur de l'école. Celle la plus appréciée a été certes l'aide aux devoirs et aux leçons à la résidence de la rue Riel; les parents furent comblés par cette approche éducative et combien utile aux élèves.

Les Frères avaient pour leur part la chance de se détendre en pratiquant leurs sports favoris: chasse et pêche aux chalets du Lac Gamelin qui furent entretenus par eux de 1960 jusqu'en 2015, année où on a dû aussi s'en départir.

Comme toute bonne chose a une fin, vu la diminution du personnel et le fait aussi de ne plus être en mesure d'exercer l'enseignement, notre mission première, l'heure de la retraite ayant sonné pour plusieurs, le temps était venu d'accepter ce détachement. C'est ainsi que nous assistons à la fin de l'enseignement mariste dans cette belle région qui a donné de nombreux Frères: 46 sont originaires de Chicoutimi-Laterrière et de ce nombre 13 sont décédés en communauté.

Le dévouement et la compétence des Frères maristes se sont exercés depuis 1901, d'abord au primaire, puis au secondaire, aux enseignements classiques et en particulier à l'Académie commerciale de Chicoutimi qui a donné naissance à une École technique, à une École de commerce et de génie pour favoriser finalement l'ouverture de l'Université régionale, sans oublier une bonne influence pour l'ouverture du cégep local.

Voilà le rayonnement de plus d'un siècle des Frères maristes dans 35 maisons, au sein de 13 villes et villages. Ils ont ainsi réalisé le rêve si cher à leur fondateur, Saint Marcellin Champagnat, «qu'il fallait des Frères pour l'éducation chrétienne de la jeunesse dans les villes et villages les moins nantis». Une éducation à la saveur évangélique!

Nous avons maintenant passé le flambeau à d'autres générations d'enseignants qui sauront faire bénéficier, nous l'espérons, de ce que nous leur avons transmis. C'est de cette façon que nous pouvons passer aux suivants.

Frère Jacques Larouche, mariste

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer