S'adapter à un animal vieillissant

Même si elle est encore en forme, Picotte,... (Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Même si elle est encore en forme, Picotte, âgée de 14 ans et demi, n'est pas épargnée par quelques petits effets du vieillissement.

Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Problème de digestion, problème d'audition, de nouvelles peurs, jappements inutiles, miaulements incompréhensibles, soif excessive, appétit qui diminue, appétit qui augmente... Voilà l'animal qui vieillit. Après s'être adapté à sa famille pendant des années, c'est au tour de l'humain de s'adapter à cet être qui n'est pas épargné par la vieillesse.

Ce déclin commence à un âge pas très précis. Certains symptômes sont plus hâtifs, d'autres plus tardifs, et tout dépend de l'espèce. Entre dix et quinze ans, il y a de fortes chances que votre chien présente des changements de comportement. Intolérant envers les autres animaux ou les humains, on devra modifier notre environnement pour poursuivre une cohabitation harmonieuse. Ils seront un peu perdus et vous n'arriverez plus à comprendre leurs comportements qui sont possiblement dus à la dégénérescence cognitive... Il brimera peut-être vos sorties et vos voyages, car il sera plus difficile de le faire garder.

On recommencera à ramasser les besoins du chien dans la maison parce qu'il ne se retiendra plus aussi longtemps qu'avant. Peut-être qu'il demandera la porte en pleine nuit... Leur nourriture ne conviendra plus. Il faudra l'adapter à son système digestif changeant. Le chat et le chien vieillissants dormiront la plupart du temps. Ils n'arriveront plus à la course pour vous accueillir quand vous arrivez, car ils n'entendent plus très bien. Cette surdité arrive avec une qualité: le chien ne réagira plus au moindre bruit. Celui qui bondissait, en voyant simplement sa laisse, aura moins d'entrain pour une promenade due à un manque d'énergie. Évidemment, il y a des exceptions à tous...

Maladie

Puis on apprendra vaguement, à la suite d'une prise de sang pour un bilan de santé, que notre chat ou notre chien a un organe en moins bon état. Investiguer pour aller plus loin, éventuellement tenter une médication, ou laisser la vie suivre son cours seront les options qu'on vous proposera.

Et rares sont les animaux qui meurent d'une mort subite. La plupart du temps, il faudra prendre la solution drastique d'abréger ses souffrances à l'aide de l'euthanasie. Par la suite, il y aura un processus de deuil qui s'enclenchera. Vous passerez par toutes les gammes d'émotions. Les regrets, les doutes et l'incompréhension de votre entourage seront difficiles à encaisser.

Comme les phrases blessantes de personnes malhabiles qui vous diront «c'était juste un animal». On se dira «plus jamais d'animaux» jusqu'à ce qu'on croise la face d'un petit chiot ou d'un chaton.

L'humain est bien fait! Il finira par chasser les mauvais souvenirs de cet animal en déclin pour ne garder que les meilleurs et se concentrer sur cette nouvelle aventure! On prend rarement le temps de penser à cette réalité quand on adopte un animal. C'est pourquoi l'animal vieillissant risque aussi d'être abandonné.

Ce qu'il faut savoir quand on a un chien

La stérilisation évite et fait disparaître plusieurs mauvais comportements.

Un cours d'éducation canine permet de se mettre à jour face aux nouvelles approches.

Un petit coin clôturé sur votre terrain, pour votre chien, permet d'avoir l'esprit en paix.

Vos assurances habitation doivent être avisées si vous avez un chien.

Dès que vous sortez de la cour, mettez votre chien en laisse.

Si votre animal ne se comporte pas bien, le problème ne disparaîtra pas par magie.

Ramasser ses besoins est la règle numéro un quand vous n'êtes pas chez vous.

Donnez-lui de la nourriture de qualité, vous ramasserez moins de crottes.

Ne laissez jamais un chien dans la voiture en plein été.

N'oubliez pas d'aller chercher sa médaille annuelle au coût de 15$.

Quand vous l'amenez en voyage, ajouter une médaille avec votre numéro de cellulaire.

Surtout, arrêtez de lui dire « non » pour tout, vous allez le rendre complètement fou !

Au lieu de lui dire non, demandez-lui une consigne qu'il connaît et félicitez-le.

Si vous embarquez à fond dans le monde des chiens, prévoyez cinq heures par jour pour défendre votre point de vue sur les réseaux sociaux. Si votre race est le pitbull, ajoutez deux heures !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer