Un chien qui a connu la faim

Râto, le nouvel ami de Picotte et Grignotte,... (Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Râto, le nouvel ami de Picotte et Grignotte, a connu la faim.

Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Râto, le nouvel ami de Picotte et Grignotte, a connu la faim. Il a erré plusieurs mois en pleine nature, à se nourrir de ce qu'il trouvait.

Il serait compréhensible que Râto grogne quand quelqu'un approche de son bol. L'humain raisonnerait en se disant que c'est parce qu'il a manqué de nourriture. Mais ce n'est pas le cas. Au contraire, il mange tranquillement et laisse même les animaux et les humains jouer dans son plat. 

Les études tendent à dire que le chien qui fait de la « garde de nourriture » serait génétique et qu'on voit apparaître ce comportement dès que le chiot a quelques semaines. Il est faux d'essayer d'expliquer ce comportement en disant que le chien n'a pas eu accès à la nourriture quand il était petit ou parce qu'il en a manqué à un moment dans sa vie. Ce ne serait pas un comportement qui apparaît à la suite d'évènement précis. Un éleveur nous a même confié que tous ses chiens, provenant d'une même lignée, ont ce comportement. Et l'autre lignée, de la même race, n'a pas ce genre de comportement. Toutes les races sont susceptibles d'avoir ce comportement.

Comme un interrupteur on / off qui allume en présence de nourriture, un chien calme et gentil peut soudainement devenir très réactif quand il y a de la nourriture. Ce problème se contrôle, se gère, mais ne se guérit pas. Évidemment, le risque de morsure est grand. 

Comme en témoigne Râto, l'abandon, qui semble affecter davantage les émotions de l'humain que celles du chien, ne se termine pas toujours par un drame ! Et l'abandon ne traumatise pas nécessairement l'animal. La capacité d'adaptation d'un animal dépend de son tempérament, de son éducation et de son environnement. 

Anxiété

C'est un peu le même principe pour l'anxiété. Un chien ne devient pas anxieux à la suite d'une situation. Il avait cette prédisposition en lui. L'anxiété de séparation chez le chien se résulte par des vocalisations et de la destruction quand les humains disparaissent. C'est un trouble de comportement dur à gérer qui mène souvent à l'abandon. Râto a connu l'abandon. Pourtant, il s'habitue à toutes les situations et reste très calme quand il est seul dans sa cage, sans la présence humaine. Les chiens naissent avec un bagage génétique, des aptitudes et des tares qui, selon l'environnement et l'éducation, se développeront ou pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer