Les sauveurs d'animaux à la merci de la population

La SPCA Saguenay survit grâce, entre autres, à... (Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

La SPCA Saguenay survit grâce, entre autres, à la générosité de la population.

Photo Le Progrès-dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

La SPCA Saguenay organise un souper-bénéfice le 9 avril prochain à compter de 17 h au restaurant-bar 4 Chemins de Jonquière. Comme bien des organismes qui viennent en aide aux animaux, la SPCA survit en partie grâce aux dons de la population.

Comme dans toutes les entreprises, il y aura des bouts durs, mais pour un refuge qui recueille des animaux abandonnés, jongler avec un maigre budget, c'est la misère d'une vie. Courir après l'aide financière devient une quête quotidienne. Le temps et l'argent investis sur les animaux négligés, qui ont souvent besoin de soins, n'ont rien à voir avec le prix demandé aux adoptants. Sauver des animaux, c'est un travail 24 heures sur 24. C'est une vocation qui devient souvent un mode de vie et un loisir. Un chien avec de mauvais comportements ou un chat errant, ce n'est pas tentant à adopter. Surtout quand ils ne sont pas stérilisés et qu'ils présentent des problèmes de santé.

Ce n'est pas vrai que ça prend seulement beaucoup d'amour pour sauver les animaux. Et ça ne prend pas un « don » non plus. Ça prend du temps, de l'aide, des bénévoles, de la nourriture, des soins, de l'équipement, des employés, des ressources et j'en passe.

Malgré tout, plusieurs croient que sauver des animaux devrait être fait gratuitement, sans rien demander en retour... comme si ce n'était pas un vrai travail. Pour les autres, qui ne peuvent s'investir dans ces sauvetages, mais qui veulent contribuer à donner une meilleure vie à ces bêtes, il reste les dons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer