Éduquer son chien: correction ou récompense?

PICOTTE / Le chien a une grande capacité d'adaptation. Au fil des ans, il s'est... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

PICOTTE / Le chien a une grande capacité d'adaptation. Au fil des ans, il s'est adapté selon vos attentes et vos besoins. Il vous aime malgré vos caprices, vos erreurs et vos défauts. Le chien équilibré mentalement s'adaptera aussi à votre choix d'éducation et à votre mode de vie.

S'il y a un si grand débat dans le monde des chiens, générés par deux types d'éducation, c'est que les comportements des animaux laissent place à beaucoup d'interprétation. L'éducateur, l'entraîneur, le dressage, ou appelez-le comme vous voulez, se mettra souvent en position de contrôle, comme s'il détenait la vérité. Certains iront même jusqu'à démontrer un certain don. Rassurez-vous, personne ne détient la vérité et tous les chiens sont différents.

Le meilleur entraîneur pour votre chien est en vous. Il suffit de prendre le temps de vous arrêter pour l'observer et le comprendre. Intégrez-le dans votre vie au lieu de le tasser. Passez du temps avec lui. Questionnez-vous. Marchez avec lui, jouez avec lui. Malheureusement, le temps jouera sur vos choix d'éducation. Les humains pressés n'ont malheureusement pas le temps d'entretenir leurs relations... et souvent ils les brisent.

Quelques définitions

Dresseur: Il apprend au «maître» le bon moment pour corriger son chien afin de lui apprendre ce qu'il doit faire et ce qu'il ne doit pas faire.

Éducateur: Il apprend au «propriétaire» le bon moment pour récompenser son chien afin de lui apprendre ce qu'il doit faire et ce qu'il ne doit pas faire.

Intervenant en comportement animal: Quand un chien a de mauvais comportements et/ou des troubles de comportements, l'intervenant travaille au niveau psychologique.

La correction: Le dresseur utilise la correction pour faire obéir les chiens. Il explique sa façon d'interagir avec eux en s'inspirant de sa propre analyse de la hiérarchie des loups. Il revient souvent au loup, en expliquant le comportement d'un chien. Ça ne tient pas toujours la route. C'est un peu comme observer une mouette pour comprendre une perruche ou l'homme des cavernes pour comprendre l'homme. (Ah, ben ça, ça marche des fois!)

Si on se rapporte au loup, on aura tendance à vouloir donner de la viande crue au chien en justifiant que c'est dans sa vraie nature. Or, un chien laissé à lui-même ne tuera pas pour manger. Il se nourrira d'excréments et de poubelles.

Le dresseur utilisera sa main en disant que ça représente la gueule d'un chien qui corrige un autre chien. Pourtant, le chien sait faire la distinction entre les chiens et humains. Le collier étrangleur a la même utilité. Il mord un peu le cou, tout comme la main, toujours en guise de correction telle une morsure de chien.

Le «tchutt», très utilisé par le populaire Cesar Millan et ses adeptes, est une punition. C'est un son associé à quelque chose de négatif. Un peu comme le «non». Ça veut dire au chien que quelque chose de pire arrivera s'il ne cesse son action.

Le renforcement positif

Comme il est prouvé scientifiquement que les êtres vivants s'améliorent avec les encouragements, le renforcement positif gagne tranquillement du terrain. Tranquillement, parce que l'évolution amène le changement et les humains ont de la difficulté à changer.

Par contre, l'éducateur prônant le renforcement positif n'est pas à l'abri des controverses. Dégoûté par la punition, il fera abstraction de toutes formes de punitions ou de corrections. Comme si ce genre d'intervention était devenu inexistant. Il jouera alors sur les mots en parlant de conséquence. D'autres, moins éthiques, utiliseront le jeûne pour rendre leur chien plus performant, par exemple, lors d'une compétition.

En renforcement positif, pour régler un mauvais comportement chez un animal, les solutions sont parfois complexes. Mal expliquées et mal interprétées, l'humain n'arrivera pas à les appliquer. Découragements et abandon s'en suivent.

Au lieu d'utiliser la nourriture pour dire au chien qu'il vient d'avoir le bon comportement, on peut aussi récompenser son chien en le flattant, mais encore faut-il que le chien aime ça. Les humains ont trop souvent tendance à flatter leur chien à de mauvais moments. Comme s'ils voulaient s'apaiser eux-mêmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer