Des chiens exceptionnels malgré leur passé effacé

Râto, qui devait simplement passer un séjour avec... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Râto, qui devait simplement passer un séjour avec Picotte et Grignotte, pour sa réhabilitation, restera avec nous possiblement jusqu'à la fin de ses jours.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

PICOTTE / Le 29 décembre dernier, ayant été trouvé errant au Lac-Saint-Jean, un petit chien d'à peine huit livres, dont on ne connaît ni l'âge ni le croisement, débarquait au Refuge animal de Roberval.

Le Refuge a aussitôt pris en main la santé de l'animal en le faisant castrer et soigner chez le vétérinaire. Par contre, dû à un problème de propreté, pour éviter qu'il fasse plusieurs familles, il était difficile de le faire adopter. Son séjour au refuge se prolongea donc pendant près de deux mois. Tous les jours, les employés remplissaient le carnet de bord de leur pensionnaire, faisant la même constatation. « Il a fait tous ses besoins dans l'enclos », pouvait-on lire quotidiennement sur sa feuille de route.

Ce petit chien traînait avec lui un problème de comportement fréquent qui mène souvent à l'abandon. « De nos jours, il existe d'autres solutions que l'euthanasie. De plus en plus de gens ont des formations en comportement animal pour nous aider dans ce genre de situation », explique Annie Côté, directrice générale du Refuge animal de Roberval. Le 16 février dernier, celui qu'on baptisa Râto, à cause de sa dentition particulière, débarquait chez Picotte pour un simple séjour afin de régler son problème de propreté. Ayant un tempérament exceptionnel avec les autres animaux et les humains, Râto risque bien de rester pour toujours avec Picotte et Grignotte.

Comment rendre un chien propre ?

Les encouragements ont suffi pour apprendre à Râto... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 3.0

Agrandir

Les encouragements ont suffi pour apprendre à Râto la notion de propreté. Pour l'instant, on ne prend rien pour acquis et on continue de garder un encadrement très serré.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Pour faire disparaître un comportement indésirable, il faut absolument éviter de mettre le chien en échec. On doit travailler en prévention et non quand le problème survient.

D'abord, écartez tout problème de marquage, relié aux hormones, ou de santé avec une visite chez le vétérinaire. Au niveau du marquage, c'est la castration qui sera la solution.

Assurez-vous que le chien est à l'aise et reste propre dans une cage. On rapetisse la cage dans le cas échéant. On le rassure s'il n'est pas bien. Puis, on agrandit progressivement la cage.

On ne doit jamais perdre le chien de vue dans la maison, quitte à l'attacher avec une laisse après vous. Idéalement, prévenez son envie en le sortant souvent dehors. Sinon, intervenez dans la seconde qu'il tente de faire ses besoins en le mettant à l'extérieur. À force de l'observer, vous remarquerez les signes qui font dire qu'il a envie.

On l'envoie dehors après qu'il ait mangé, joué ou qu'il se réveille d'une sieste. Puis, on récompense aussitôt qu'il fait ses besoins. En guise de récompense, vous pouvez utiliser sa ration de nourriture.

Quand vous ne pouvez pas le surveiller, par exemple lorsque vous cuisinez, mettez le chien dans sa cage avec une activité masticatoire.

Si vous voyez les besoins une fois qu'ils sont faits dans la maison, il est trop tard. La seule personne à punir c'est vous, car c'est de votre faute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer