Le collier électrique pas interdit

PICOTTE / L'article 26 du Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

PICOTTE / L'article 26 du Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens stipule que le collier ne doit pas causer de la douleur ou des blessures à l'animal. Malgré tout, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) n'interdit pas l'utilisation du collier électrique.

Sachant que le collier électrique cause des blessures physiques chez le chien, à quoi bon faire des règlements alors?

Le guide d'application du Règlement ne recommande pas l'usage de colliers électriques, mais on le tolère et nombreux sont les dresseurs du Québec qui le suggèrent à leurs clients. Sachant que pour devenir meilleurs, tous les êtres vivants ont besoin d'être encouragés, c'est plutôt difficile à comprendre qu'un tel outil soit encore toléré par des professionnels en psychologie canine.

Plusieurs humains choisissent de maintenir leur chien dans la peur pour les faire obéir. Cette méthode conditionne le chien à faire des associations négatives. Quand il ira vers les autres chiens ça fera mal, quand il jappera ça fera mal, quand il ira vers les humains ça fera mal, quand il n'obéira pas ça fera mal. Qui ne deviendrait pas fou?

Triste dressage

«Mon chien m'aime encore... mais jusqu'à quand», se questionne une jeune femme ayant fait affaire avec un dresseur utilisant le collier électrique.

Après lui avoir passé le collier électrique au cou, le dresseur a pris le chiot de quatre mois sous son aile pendant une semaine pour lui apprendre à rester en cage, à être propre et à ne plus attaquer les autres chiens. «Quand je suis allée rechercher mon chien, au bout d'une semaine, je devais continuer cette méthode, mais après quelque temps, je me suis rendu compte que le poil sous le collier électrique était roussi et que mon chien avait des blessures... Je lui ai laissé le collier, mais je ne m'en sers plus», poursuit la résidante de Saguenay qui aime sincèrement son chien, mais qui avait mis sa confiance entre les mains de cette personne.

Le chien est le seul qui n'est pas au courant que sa famille n'utilisera plus les chocs pour le faire obéir. Ayant toujours le collier au cou, il continue donc d'appréhender la douleur... Peu importe la méthode, si vous devez constamment recommencer à appliquer la punition ou la récompense, votre technique d'éducation a échoué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer