Insultée pour avoir rasé son chien

Depuis neuf ans, Jessica Fortin-Desbiens et Michaël Forget... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Depuis neuf ans, Jessica Fortin-Desbiens et Michaël Forget Palin de Jonquière, rasent régulièrement leurs chiens Rexou et Pedro. Comme ils ont pu le constater sur les réseaux sociaux, cette pratique ne plaît pas à tout le monde.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

PICOTTE / «J'ai un berger allemand et je l'adore» est un groupe Facebook de propriétaires de chiens de race berger allemand regroupant 978 membres principalement basés en France. Dernièrement, plusieurs d'entre eux se sont braqués contre une femme de Saguenay ayant fait raser son berger allemand.

«J'ai simplement publié des photos de mon berger allemand Rexou fraîchement rasé et je me suis fait traiter de tous les noms», relate Jessica Fortin-Desbiens. Pendant à peine trois heures, la jeune femme de Jonquière a reçu plus de 200 commentaires haineux et elle a été bannie du groupe Facebook. On lui reprochait d'avoir infligé un traitement quasi cruel à son chien. Certains disaient que c'était comparable à enlever les écailles d'un poisson rouge.

«Tu es conne où quoi? Tu ne sais pas qu'un chien à besoin de ses poils? Quand on ne sait pas, on ne prend pas de chien. Prends-toi un poisson rouge et encore tu serais capable de le faire crever. Bonne à rien», ce genre de message a rempli la messagerie privée de Jessica.

Rexou cohabite avec deux adultes et deux enfants... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Rexou cohabite avec deux adultes et deux enfants (bientôt trois). Pour des raisons pratiques, il est rasé régulièrement.

Photo courtoisie

Il est vrai que si un chat ou un chien a un sous-poil abondant, la tonte peut entraîner un débalancement lors de la repousse du poil, mais c'est purement esthétique. «Je travaille en animalerie et je me rends compte que les animaux sont tellement humanisés. Certains les font même passer avant les enfants», poursuit Jessica qui ne voit pas d'inconvénient à ce que la fourrure de son chien ne soit pas typique à celle du berger allemand champion canadien en conformation.

Toutes ces méchancetés qui défilaient sous ses yeux ont sûrement été plus souffrantes pour la jeune femme que les séances de rasage de son chien. «J'ai fini par me sentir coupable et me demander si c'est moi qui n'était pas correcte», réfléchie Jessica. On lui a même dit que de raser un chien pouvait lui créer des complexes!

«Je rase mon chien moi-même. Pendant deux heures il se couche et ne bouge pas. J'ai deux enfants de cinq ans et deux ans et dans deux mois j'aurai un troisième enfant. J'adore mes chiens, et jamais je ne m'en séparerai, mais je ne veux pas voir mes enfants se traîner dans le poil», explique la maman qui souhaite voir grandir ses enfants dans un environnement propre. Après cette saga, l'ayant empêchée de dormir, le conjoint de Jessica lui a conseillé de ne plus rien mettre sur Facebook.

Une pratique non présente en France

Au Québec, quand les chauds rayons du printemps se pointent, tout le monde a hâte d'enlever son manteau. Plusieurs soulagent même les chiens de leur épaisse fourrure.

« En France, on ne rase pas un berger allemand à part pour une pathologie. Sa fourrure agit comme protection et elle ne repoussera pas aussi belle après. Par contre, il y a des races, comme le caniche qui peut se faire partiellement raser », nous explique un des membres français du groupe Facebook « J'ai un berger allemand et je l'adore ».

Si on comprend bien leur raisonnement, ce geste est vu comme cruel, mais on peut donc être cruel avec certaines races !

Difficile d'en savoir plus sur leur raisonnement puisque les administrateurs de la page « J'ai un berger allemand et je l'adore », qui invitent pourtant les propriétaires de berger allemand à discuter et échanger, sont non négociables. On doit absolument éviter le sujet du rasage de berger allemand sinon on se fait automatiquement bannir du groupe !

Laurent Dillier est natif de la Suisse et vit au Saguenay depuis quelques années. Selon lui, ce qui offusque les Français, c'est que la tonte est un caprice humain pour éviter de ramasser des poils et non pour le bien-être du chien. « Ce n'est pas interdit par chez nous, en Suisse, mais ça ne se fait pas. Au Québec, on rase un chien pour le confort du maître pour avoir moins de poils et non pas pour le chien », souligne Laurent, propriétaire de l'entreprise Les Chiens et Gîte du Grand-Nord de Falardeau.

Ayant plusieurs chiens husky, avec lesquels le musher offre aux touristes des balades en traîneau, il souligne qu'il ne faut jamais raser ce type de chien. « Raser un husky c'est encore pire pour lui et il peut avoir des problèmes de peau et de poils par la suite. Il a un sous-poil qui le protège autant du froid que du chaud », précise Laurent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer