Weizineau avait des problèmes sexuels

Le psychiatre, Hacenne Raffa, a rencontré John-Ross Weizineau,... (Photo Isabelle Tremblay)

Agrandir

Le psychiatre, Hacenne Raffa, a rencontré John-Ross Weizineau, le 22 juin 2010, au lendemain de son arrestation. L'accusé lui a confié qu'il avait tué sa conjointe, mais qu'il ne savait pas pourquoi il avait commis ce geste.

Photo Isabelle Tremblay

Partager

Sur le même thème

Isabelle Tremblay
Le Quotidien

(Roberval) John-Ross Weizineau avait des problèmes sexuels depuis son adolescence, soit vers l'âge de 14 ans.

Il souhaitait consulter un spécialiste pour traiter cette problématique, dont sa conjointe Cindy Gauthier était au courant.

Lors de son hospitalisation en neurochirurgie, à l'Hôpital de Chicoutimi, le meurtrier de Mme Gauthier s'est confié au psychiatre Hacenne Raffa. C'était le 22 juin 2010, en soirée, à l'occasion d'une consultation d'urgence sur les étages. Weizineau avait été arrêté la veille, à Dolbeau-Mistassini, après un accident de voiture.

Selon le médecin, Weizineau était cohérent et alerte lors de la rencontre. Il ne démontrait plus d'effets secondaires reliés à la prise combinée d'alcool, de drogue et de médicaments.

Il a mentionné que le patient semblait bien orienté, qu'il était alerte et cohérent. John-Ross Weizineau n'était pas dans un état de désorganisation psychotique, aux dires du médecin, mais il démontrait des signes de détresse. «Il pleurait et il sanglotait», a raconté le Dr Raffa.

C'est un neurochirurgien qui a demandé à ce que Weizineau soit vu par un psychiatre pour qu'il vérifie son état d'intoxication. Il voulait avoir des précisions sur d'éventuels troubles mentaux et idées suicidaires de l'accusé. Celui-ci désirait aussi rencontrer le spécialiste.

Lors de l'entretien, il a avoué qu'il s'était donné un coup de hache à la tête au moment où il était poursuivi par la police, sur le boulevard des Pères, à Dolbeau-Mistassini. Il a ensuite foncé volontairement dans un arbre et a été arrêté, ce qui laisse croire qu'il aurait tenté de s'enlever la vie. Toutefois, Weizineau a nié toute idée suicidaire au psychiatre.

Il a raconté qu'il avait tué son amie de coeur avec une hache et qu'il ne savait pas pourquoi il avait commis ce geste. Il lui a dit aussi que sa copine de l'époque n'aimait pas qu'il prenne de la drogue et qu'il regarde des films pornographiques.

Plus de détails dans Le Quotidien, demain

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer