Une moto refait surface après 32 ans

Cette photo a été prise par Gilles Morin... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Cette photo a été prise par Gilles Morin le 12 septembre et publiée sur Facebook. Il y faisait un commentaire peu élogieux, croyant que la moto avait été jetée volontairement dans le Saguenay.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

«Swing moto plouf», un événement qui avait fait couler beaucoup d'encre en 1985, vient de refaire surface - dans le sens littéral du terme - au Saguenay.

Cette photo a permis à Jonathan Lessard de... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Cette photo a permis à Jonathan Lessard de reconnaître sa moto.

Courtoisie

Une moto qui n'avait jamais été repêchée vient de réapparaître, quelques centaines de mètres en aval, en bordure de la rue Bacon, au pied de la côte du Parasol.

Elle appartenait à Jacques Lessard, un dessinateur de Chicoutimi-Nord, qui l'avait prêtée à l'un de ses amis qui voulait participer à l'événement.

Son fils Jonathan, qui possède un salon de coiffure à Québec, a fait un saut il y a quelques jours en voyant, sur Facebook, la photo d'une moto échouée dans le Saguenay, à l'embouchure de la rivière du Moulin. «Ça me disait quelque chose. En farce, j'ai dit ''c'est la moto de Swing moto plouf de mon père''. Mais en regardant une vieille photo où j'étais dessus, j'ai vu que c'était bien elle», raconte Jonathan, aujourd'hui âgé de 44 ans.

Un flop

À l'époque, c'est Jonathan qui avait fait acheter la moto par son père, en espérant l'enfourcher un jour pour se balader. «J'avais vu qu'elle était à vendre à Chicoutimi-Nord», dit-il. Il avait donc été très déçu qu'elle soit disparue au cours de l'événement.

«Les plongeurs ne l'ont jamais retrouvée. Le gars avait raté son saut, car le moteur avait calé et elle n'avait même pas plané. Elle était tombée au bout du tremplin.»

Jonathan espère pouvoir aller récupérer quelques pièces pour les exposer dans son salon de coiffure. «Ça me fera un beau souvenir.»

On ne trouve plus de traces de Swing moto plouf. De mémoire de l'auteur de ces lignes, qui était journaliste aux sports du Progrès-Dimanche à l'époque, il s'inscrivait dans la lignée des casse-cous à moto de la fin des années 70. Les plus vieux se rappelleront du «Saut de la mort» de Carol «Bine» Boivin à La Doré en 1978, dont l'enjeu était d'avoir un «1» (Harley Davidson) comme récompense ou le tunnel de feu à La Baie de Serge Doyon.

Le Swing moto plouf se déroulait dans la côte Salaberry. Un tremplin avait été érigé au pied de la côte entre le club de Yacht et le terrain qui abrite aujourd'hui la Réserve navale. L'épreuve consistait à sauter le plus loin possible dans le Saguenay. Il n'y avait eu qu'une ou deux éditions.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer