Il heurte volontairement son jumeau

Palais de justice de Chicoutimi... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Palais de justice de Chicoutimi

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alexandre Arguin, de Lac-Kénogami, devra effectuer 100 heures de travaux communautaires pour avoir heurté volontairement son jumeau avec sa voiture, lui occasionnant une fracture de la jambe.

L'individu d'une vingtaine d'années devait recevoir sa sentence, vendredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. Plutôt que de laisser au juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, le soin de trancher la question, les procureurs du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Me Michaël Bourget, et de la défense, Me Julien Boulianne, ont plutôt soumis une suggestion commune.

L'histoire a débuté par une chicane banale entre deux frères. Durant l'altercation, Alexandre Arguin a reçu une claque au visage de la part de son jumeau.

Il n'a fait ni un ni deux et a sauté dans son véhicule. Il est parti en trombe au volant de sa voiture, s'est rendu au bout de la rue et a fait demi-tour.

Selon les informations dévoilées au Tribunal, Alexandre Arguin aurait alors foncé en direction de son jumeau, le heurtant à la jambe. Son frère a d'ailleurs subi une fracture de la jambe.

C'est une voisine, témoin de l'altercation, qui a communiqué avec les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).

À leur arrivée, les agents n'ont pas obtenu une très grande collaboration de la part de la victime et du chauffard, mais ont récolté suffisamment d'informations et de preuves pour soumettre le dossier au DPCP.

Accusé initialement de conduite dangereuse et de défaut de s'être arrêté sur les lieux d'un accident, Arguin a plutôt enregistré des plaidoyers de culpabilité de voies de fait causant des lésions.

Il écope de 100 heures de travaux communautaires, mais surtout, il évite de perdre son permis de conduire pour plusieurs mois.

« Vous êtes chanceux que les deux procureurs aient pu soumettre une suggestion commune. La sentence aurait pu être plus sévère », de noter le juge Guimond.

Quant à ceux qui se demandent si la relation entre les jumeaux s'est envenimée à la suite de cet événement, ils n'ont rien laissé paraître, car les jumeaux ont passé la majorité de la journée assis un à côté de l'autre au Palais de justice de Chicoutimi.

Alcool

D'autre part, le juge a aussi passé un message clair à un individu qui en était à sa troisième condamnation pour conduite avec les facultés affaiblies par l'alcool au cours des 12 dernières années. L'homme a reçu une amende de 2500 $ et a vu son permis être suspendu pour deux ans.

« J'imagine que monsieur est conscient que s'il devait se faire prendre une autre fois en état d'ébriété au volant, il va prendre la porte de la prison. »

« Je ne sais pas comment faire comprendre le message. Il faut espérer que si ça se reproduit, qu'il ne faucherait personne sur la route », a mentionné le juge.

Et un second individu a été condamné à 1700 $ d'amende pour une deuxième conduite sous l'effet de l'alcool. L'homme a démontré au juge qu'il avait saisi le message et qu'il regrettait. Il avait essayé de joindre une amie, mais n'y était pas parvenu. Il est maintenant inscrit à Tolérance Zéro et entend continuer à prendre des taxis, comme il l'avait toujours fait avant cette soirée d'avril 2017.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer