Gagné envoyé au pénitencier

Une suggestion commune de 36 mois de pénitencier... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Une suggestion commune de 36 mois de pénitencier sera déposée au juge.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

François Gagné, de Lac-Kénogami, se dirigera sous peu vers un pénitencier fédéral, lui qui sera condamné lundi prochain à 36 mois de détention pour avoir séquestré et menacé une femme, en plus d'avoir commis des invasions de domicile entre Saguenay et la Côte-Nord.

L'histoire reprochée à l'homme de 45 ans remonte au 23 et 24 décembre 2016. En compagnie de Francis Lavoie (il a plaidé coupable) et Anne Pearson, Gagné voulait obtenir des informations sur un revendeur de stupéfiants. 

Le juge Paul Guimond devait présider une conférence de gestion avec Me Thomas Jacques (Couronne) et Me Gitane Smith (défense) afin de faire avancer ce dossier en prévision d'un procès de trois jours qui devait débuter le 11 septembre.

Mais Gagné, un membre des Devils Ghosts (groupe affilié aux Hells Angels), a plutôt pris la décision de régler ses dossiers. Il a reconnu les faits et s'est engagé à plaider coupable à 15 des 30 chefs d'accusation déposés contre lui le 11 septembre. Une suggestion commune de 36 mois de pénitencier sera déposée au juge, peine à laquelle le Tribunal réduira les 5,5 mois de détention préventive.

histoire

L'affaire impliquant Gagné, Lavoie et Pearson s'est déroulée à quelques heures de Noël 2016. Les deux hommes rencontrent la victime à Colombier, sur la Côte-Nord, et lui font savoir qu'ils se dirigeront vers Chicoutimi afin de faire le point sur le contrôle des stupéfiants.

« La victime a suivi les deux hommes, mais a senti qu'elle n'avait pas vraiment le choix. Lorsqu'ils sont arrivés à Chicoutimi, la dame a été amenée dans un appartement où elle a retrouvé Anne Pearson. Celle-ci devait la faire parler. La victime a dû s'asseoir sur une chaise et répondre aux questions », a expliqué Me Jacques.

« La victime a été l'objet de menaces et a été frappée à coups de poing et de pied, à main ouverte et avec une crosse d'une arme à feu par Anne Pearson », a relaté le procureur de la Couronne.

La femme a ensuite été ramenée vers la Côte-Nord. Durant le trajet, une altercation a éclaté et la victime a reçu des projectiles d'une arme à air comprimé dans la cuisse et la joue, des coups tirés par Pearson. La dame a ensuite été laissée devant un dépanneur aux Escoumins.

Le trio a poursuivi sa route vers Colombier, tout en s'arrêtant dans trois résidences pour y commettre des invasions de domicile et afin d'y récupérer des stupéfiants et des cartons de cigarettes.

« Le fait de régler le dossier évite de tenir un procès, qui aurait pu prendre plus de trois jours, car une trentaine de témoins devaient être entendues », note Me Smith.

« Nous avons réussi à négocier avec la Couronne afin d'enlever les chefs d'enlèvement et d'avoir déchargé une arme à feu, ce qui lui aurait occasionné une peine de cinq années de pénitencier », précise l'avocate de l'Aide juridique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer