Pascal Pilote écope de 240 heures de travaux communautaires

L'ancien conseiller municipal Pascal Pilote s'est adressé aux... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

L'ancien conseiller municipal Pascal Pilote s'est adressé aux médias, en sortant du tribunal.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien conseiller municipal almatois Pascal Pilote devra réaliser 240 heures de travaux communautaires. L'homme d'affaires coupable de menaces, de harcèlement et de voies de fait, dont certaines causant des lésions corporelles, a déjà purgé 37 jours de détention qui s'ajoutent à la peine.

La suggestion commune de la défense et de la Couronne a été acceptée jeudi matin par le juge Jean Hudon de la Cour de Québec, au Palais de justice d'Alma. L'accusé s'est montré « extrêmement repentant » devant le magistrat, alors que des proches étaient venus le soutenir durant l'audience. Il dispose de 15 mois pour réaliser les travaux et il sera en probation durant trois ans, où il devra garder la paix et avoir une bonne conduite. Il ne pourra notamment consommer ni alcool ni drogue durant la première année. 

Pascal Pilote a démissionné de son poste de conseiller municipal en mars 2017, peu après l'ajout du chef de harcèlement criminel envers son ex-conjointe. Celle-ci a fait une demande de divorce qui a été dure à vivre pour M. Pilote. La situation de la dame a été décrite comme un « règne de la terreur » par la poursuite. L'homme d'affaires n'a plus le droit de la contacter, sauf selon certaines conditions, puisqu'elle est la mère de ses enfants. L'interdit vaut aussi pour la victime Steeve Boucher. Dans une déclaration écrite transmise au juge jeudi, l'homme confiait être toujours affecté par les lésions subies. Les évènements remontent à juin 2016, au restaurant-bar Mario Tremblay. Une seconde altercation est survenue en octobre, au bar Le Perroquet, avec un autre individu.

« Après des recherches dans la jurisprudence, il nous est apparu que cette peine serait suffisante », a commenté la procureure de la Couronne. Me Mélanie Paré a lancé devant le tribunal que ce n'était pas la plus sévère qui soit, mais il s'agit du nombre maximum d'heures de travail communautaire.

Les 30 jours passés en thérapie fermée ont été considérés comme de la détention préventive par le juge, au même titre que la semaine en prison lors de l'arrestation de Pascal Pilote en mars. La suggestion commune s'est appuyée sur le rapport positif du centre de thérapie, semblable au rapport présentenciel. L'accusé a aussi des antécédents qui remontent à plusieurs années.

Le juge Jean Hudon a associé les derniers mois vécus par Pascal Pilote à une « descente aux enfers ». Il s'est aussi inquiété si l'accusé était en mesure d'accomplir ses travaux communautaires à temps. « Je vais prendre le temps, l'a rassuré l'homme d'affaires. J'ai tout ce qu'il faut pour me reprendre en main. Vous allez entendre parler de moi à l'avenir pour mes projets, pas pour des dossiers criminels. »

L'accusé regrette

L'homme d'affaires Pascal Pilote admet qu'il regrette ses gestes auprès de ses trois victimes.

« Si j'avais des excuses à faire en personne, je le ferais, mais je ne peux pas les approcher. C'est sûr que j'ai des regrets, sinon je n'aurais pas fait tous ces efforts pour me reprendre en main », a déclaré l'accusé devant les médias.

M. Pilote a écarté tout intérêt à retourner en politique, mais il souhaite redevenir « un bon citoyen corporatif et almatois » ainsi que se concentrer sur ses projets dans le domaine immobilier.

« Je suis très soulagé et heureux de la peine, même si ce n'est pas rien. Je vais devoir vivre avec des conditions auxquelles je ne suis pas habitué. J'étais dans une mauvaise passe et c'est une page qui se tourne », confie Pascal Pilote.

Son avocat Me Charles Cantin a souligné que le travail personnel accompli par l'ancien conseiller municipal avait été long et que le jugement était positif. M. Pilote suit des thérapies de groupe avec un psychologue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer