Un multirécidiviste à l'ombre pour 54 mois

Michel Girard aura amplement le temps de réfléchir... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Michel Girard aura amplement le temps de réfléchir à son problème de consommation d'alcool et de conduite avec les facultés affaiblies.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le multirécidiviste de l'alcool au volant et de conduite pendant interdiction, Michel Girard, écope d'une peine de pénitencier de 54 mois. Il lui en reste encore près de 46 mois à faire.

L'homme de 49 ans s'est présenté au Palais de justice de Chicoutimi, mardi matin, devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, afin de recevoir sa sentence.

Arrêté le 1er janvier 2017 après avoir été dénoncé par son fils et l'une de ses nièces, Girard a été amené au poste de police afin de se soumettre au test d'ivressomètre. Il a présenté un taux de .271. Il a plaidé coupable à une conduite en état d'ébriété (sa 10e) et à une conduite pendant interdiction (sa 6e) le 27 juin dernier. En plus de la sentence de pénitencier, le juge lui impose une troisième interdiction de conduire à vie.

À la sortie de la salle d'audience, Me... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

À la sortie de la salle d'audience, Me Olivier Théorêt a laissé voir que son client souhaite, comme il l'avait déjà mentionné dans le passé, suivre une thérapie dans le but de venir à bout de sa problématique de consommation d'alcool.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Me Olivier Théorêt, de l'Aide juridique, et Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon ont présenté une suggestion commune au juge Guimond, qui l'a entérinée. 

Les parties ont rappelé que Girard participait à une fête familiale pour le Nouvel An lorsqu'il a pris la décision de retourner à son domicile au volant de son véhicule. Plusieurs membres de la famille ont tenté de le dissuader, mais Girard n'a fait qu'à sa tête.

Finalement, son fils et sa nièce ont contacté les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) afin de les aviser de la situation.

Dans les minutes suivantes, les agents ont pu arrêter l'homme à son domicile et ont pu obtenir la confirmation qu'il était bien au volant de son véhicule, malgré les interdictions prononcées précédemment par les tribunaux.

Michel Girard est incarcéré depuis son arrestation. Le juge Guimond a retranché les 247 jours de détention préventive qu'il a purgés. Il lui reste donc 45 mois et 26 jours à faire derrière les barreaux.

Le juge Guimond a d'ailleurs été très clair lorsqu'il a rappelé que le fils de l'accusé et sa nièce n'approuvaient pas son comportement.

« Il n'y a pas que la famille qui n'était pas d'accord, la société aussi », a noté le magistrat. 

Fatigué

À la sortie de la salle d'audience, Me Olivier Théorêt a laissé voir que son client souhaite, comme il l'avait déjà mentionné dans le passé, suivre une thérapie dans le but de venir à bout de sa problématique de consommation d'alcool.

Girard, selon les informations dévoilées, consommait de 12 à 40 cannettes de bière quotidiennement.

« J'ai eu l'occasion de discuter avec M. Girard encore ce matin (mardi). Sa volonté est toujours d'aller en thérapie. Il est tanné de vivre cette situation, car il sait très bien que cela l'a amené durant de bonnes périodes en prison », précise Me Théorêt.

« Il veut faire son temps en prison, obtenir une libération conditionnelle et se rendre ensuite en thérapie », poursuit le criminaliste.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer