Un nouvel avocat pour Marc-Étienne Côté

Marc-Étienne Côté... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marc-Étienne Côté

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc-Étienne Côté, accusé du meurtre d'Israël Gauthier-Nepton en novembre 2016, à Jonquière, s'est constitué un nouvel avocat. Il a retenu les services de Me Sébastien Saint-Laurent, de Québec.

Le dossier du Jonquiérois de 33 ans est revenu, mardi, au Palais de justice de Chicoutimi. Les parties avaient prévu, il y a un certain temps, que le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, devait procéder à l'enquête de remise en liberté de l'homme au lourd passé judiciaire.

Sauf qu'au moment de son passage devant le Tribunal, le 15 août, Côté a vu ses avocats, Mes Charles Cantin et Julien Boulianne, se retirer du dossier. Une ordonnance de non-publication nous empêche de dévoiler les raisons de cette décision.

Le juge avait donné jusqu'au 5 septembre à Côté afin de se trouver un nouveau représentant.

L'individu devrait revenir sous peu devant le Tribunal, le temps que son nouveau procureur ait pu prendre connaissance de la preuve versée dans le dossier.

Il faut se souvenir que Côté aurait tiré dans le dos de M. Gauthier-Nepton durant la nuit du 19 au 20 novembre 2016, lors d'une altercation survenue dans le secteur de la rue du Vieux-Pont, à Jonquière.

Marc-Étienne Côté avait été en mesure de quitter la région dans les heures qui ont suivi l'événement. Il a été en cavale jusqu'au 6 août dernier alors que les policiers de Montréal ont obtenu de l'information pour lui mettre la main au collet dans un logement de la métropole québécoise.

Il a été accusé de meurtre au deuxième degré dans cette malheureuse histoire. 

Dans toute cette affaire, le travail des policiers de Saguenay avait été dénoncé, car les patrouilleurs ont mis des heures à retrouver le corps de la victime. 

En fait, ce sont des citoyens qui ont remarqué la présence du corps inanimé dans la cour arrière d'une résidence du secteur du centre-ville de Jonquière.

Une enquête interne avait été effectuée afin de déterminer si des erreurs avaient été commises dans ce dossier.

Il y a un peu plus de deux semaines, les membres de l'état-major de la SPS ont fait savoir, dans un communiqué de presse laconique, que deux policiers avaient été suspendus sans solde à la suite de l'enquête.

Il n'a pas été possible de connaître l'identité des deux agents concernés, mais Le Quotidien avait appris récemment que le sergent n'avait pu être trouvé le soir de l'assassinat, alors que le lieutenant en service n'avait jamais été avisé de la situation.

En plus de cette histoire, Côté compte sept autres dossiers devant le Tribunal, notamment de facultés affaiblies, de bris d'engagement, de menaces, d'entrave au travail des policiers, de vol et de méfait.

Marc-Étienne Côté n'en est pas non plus à son premier passage devant la justice, lui qui a déjà écopé d'une sentence de cinq années de pénitencier en 2007 pour avoir séquestré un couple et deux femmes à Dolbeau-Mistassini.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer