Deux paquets scellés ouverts en cour

Palais de justice d'Alma... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Palais de justice d'Alma

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La communication de preuve dans le dossier de l'Hébertvillois Jean-Michel Perron, présumée tête dirigeante d'un trafic de méthamphétamines, s'est poursuivie mercredi au palais de justice d'Alma où deux nouveaux paquets scellés ont été ouverts.

Ceux-ci contenaient des mandats ayant servi à l'arrestation de l'individu de 23 ans. 

Ils ont été remis à un policier, qui a caviardé des passages pouvant compromettre des enquêtes en cours, avant que ceux-ci soient transmis à la défense selon une procédure rigoureuse. Huit autres paquets avaient été descellés ainsi en juillet devant la Cour du Québec. 

Arrêté à Sainte-Hyacinthe en juin dans le cadre du projet Orchidée de la Sûreté du Québec, Perron avait alors avec lui 50 000 comprimés de méthamphétamine. Accusé de possession et trafic de stupéfiants, il est demeuré détenu et n'a pas encore tenté de ravoir sa liberté dans une enquête sous caution.

« La Couronne pourrait déposer d'autres accusations. On attend que la preuve soit complètement divulguée avant de prendre position », explique l'avocat de la défense, Me Francis Boucher.

Celui-ci doute de la présence d'un important réseau de drogue à Mashteuiatsh et à Roberval que son client aurait dirigé, puisqu'une seule autre personne y a été reliée depuis l'arrestation de l'accusé.

Jean-Michel Perron doit revenir au palais de justice le 5 septembre.

Entre neuf et 18 mois pour un vendeur de drogue

L'individu de 22 ans Dave Bonneau-Tremblay, arrêté lors d'une importante saisie de drogue à Alma en février 2016, saura le 20 septembre combien d'autres mois il devra passer en prison.

Son avocat Me Louis Belliard a plaidé pour une peine de neuf mois, devant le juge Pierre Lortie de la Cour du Québec, tandis que la procureure de la Couronne Me Sabrina Tremblay estime qu'une sentence deux fois plus longue serait nécessaire.

Une vingtaine de chefs d'accusation pour 11 dossiers différents figuraient au nom de Dave Bonneau-Tremblay, mercredi au Palais de justice d'Alma. Bien que la plupart étaient des non-respects d'engagement, le jeune homme a aussi omis de comparaître devant le juge en octobre 2016. Il a été pris une première fois en possession de 50 comprimés de méthamphétamine. La dernière fois, la Sûreté du Québec a trouvé seulement un comprimé dans sa chambre, mais a saisi 12 000 comprimés de méthamphétamine et 350 grammes de cannabis dans l'appartement sur la rue Côte du Collège qu'il partageait avec Guillaume Lajoie, coaccusé dans l'affaire Nard.

Bonneau Tremblay a déjà passé quatre mois et demi en détention préventive. Il a été arrêté de nouveau le 22 juin 2017. Me Sabrina Tremblay a fait valoir que le seul facteur atténuant pour l'accusé est son jeune âge. Le juge Pierre Lortie a noté son «manque de dynamisme». Me Louis Belliard considère quant à lui que son client «n'est pas une crapule».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer