Alcool au volant: pas «chaud», mais une difficulté d'élocution

Le Jonquiérois Dave Tremblay a été acquitté de... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le Jonquiérois Dave Tremblay a été acquitté de conduite avec les facultés affaiblies.

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Dave Tremblay, 36 ans de Jonquière, a été acquitté jeudi après-midi d'une accusation de conduite avec les facultés affaiblies. La Sécurité publique de Saguenay (SPS) avait soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) des accusations sur la base du jugement des policiers, même si le taux d'alcool mesuré était de moins de 30 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang, bien loin sous le seuil permis.

Dans la nuit du 15 novembre 2015, l'homme avait été intercepté par les policiers au moment où il sortait d'une entrée privée sur le boulevard de la Grande-Baie, à La Baie. Selon le rapport des policiers de Saguenay, « il en aurait pris large et aurait empiété sur la voie à sens inverse », ce qu'a contesté M. Tremblay lors de son témoignage jeudi matin. Toujours selon la SPS, l'homme serait sorti de son véhicule sans que ce soit demandé, ce qu'a admis le Jonquiérois, expliquant qu'il a agi ainsi par nervosité.

Sur place, les policiers avaient constaté une élocution difficile, en plus d'une démarche chancelante et d'une légère odeur d'alcool. Ils ont emmené le prévenu au poste pour lui faire subir un alcootest. À leur grande surprise, les taux obtenus étaient inférieurs à 0,03, alors que la limite se situe à 0,08. « Cela crée de l'incrédulité chez les policiers qui décident de faire appel à un agent évaluateur de la Sûreté du Québec. Comme il n'y avait pas d'agent disponible, il a été relâché avec assignation pour facultés affaiblies », a relaté le juge Simard dans son verdict.

Quant à la boisson comme telle, Dave Tremblay a reconnu avoir consommé une bière à 5 % de taux d'alcool quelques heures auparavant. Il a indiqué avoir seulement consommé un café à l'endroit où il s'était rendu porter une amie. C'est en quittant ce domicile qu'il a été intercepté.

Pierre Simard a souligné que les policiers ont beaucoup basé leurs conclusions sur sa manière de parler. Il a rejeté cette observation en se basant sur le témoignage auquel il a assisté. « Dave Tremblay explique qu'il a un parler relâché naturellement, que j'ai bel et bien constaté durant son témoignage », a poursuivi le juge, en ajoutant qu'il ne croyait pas avoir assisté à une simulation de la part de l'accusé. Ce dernier a même expliqué qu'il avait ce problème depuis son enfance.

« Malgré la bonne foi des policiers, l'ensemble de la preuve suscite un doute raisonnable », a tranché le juge en acquittant l'homme, sur un manque d'éléments objectifs pour quantifier ses capacités affaiblies.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer