Exclusif

Une information non fondée

L'information transmise par Michel Larouche la semaine dernière... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'information transmise par Michel Larouche la semaine dernière a été vérifiée par les enquêteurs et n'est pas fondée.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

L'information fournie par le conjoint d'Hélène Martineau, Michel Larouche, la semaine dernière, a été vérifiée par les enquêteurs et n'est pas fondée. L'homme est toujours considéré comme le suspect numéro un dans l'enquête sur la disparition de sa femme.

Le Quotidien a pu s'entretenir avec une source proche de l'enquête, plus tôt cette semaine, concernant cette histoire de « coïncidence » découverte par le conjoint de la dame d'Arvida. Vendredi dernier, Michel Larouche avait affirmé avoir découvert quelque chose appartenant à sa femme, qu'il qualifiait de « coïncidence », mais qui pourrait permettre d'élucider la disparition de la dame de 48 ans. L'homme avait alors refusé de divulguer quelle était cette découverte aux journalistes, mais avait dit l'avoir transmise aux enquêteurs. Mais après vérification par les agents, cette information n'était pas fondée. Et, selon notre source au parfum du dossier, les éléments de l'enquête menée par la SQ pointent toujours vers Michel Larouche. En effet, autant l'analyse du profileur que les résultats du test du polygraphe et l'absence d'alibi poussent les enquêteurs à considérer l'homme comme le principal suspect dans la disparition de sa conjointe. 

Le dossier de la disparition d'Hélène Martineau est d'ailleurs traité depuis le début comme un cas d'homicide potentiel. À titre comparatif, le cas de David Fortin, disparu en 2009 à Alma, n'a jamais été considéré comme un homicide. Cette hypothèse avait rapidement été écartée par les enquêteurs.

« Ici, tous les éléments conduisent vers un acte criminel, que ce soit le profileur, le polygraphe ou le travail des enquêteurs », a indiqué notre source. Le seul suspect pour le moment est le conjoint de la disparue.

Hélène Martineau est portée disparue depuis le 12... (Archives courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Hélène Martineau est portée disparue depuis le 12 avril.

Archives courtoisie

Publication Facebook

Plus tôt cette semaine, Michel Larouche a écorché le travail des policiers via une publication Facebook. Après avoir dit qu'il avait découvert quelque chose concernant la disparition de sa femme, Michel Larouche avait écrit « on a probablement prouvé qu'une [gang] de citoyens motivés [peut] faire mieux et plus rapidement que les meilleurs enquêteurs de la SQ. Je vais vraiment être content si c'est moi qui leur annonce la localisation. À suivre », avait-il écrit sur les réseaux sociaux. Il avait ensuite retiré sa publication, affirmant qu'il croyait faire ce commentaire de façon privée. 

Hélène Martineau n'a pas été revue depuis le 12 avril dernier. La dame, qui souffrait d'une dépression, prévoyait se rendre chez sa soeur, en Alberta, afin de s'y ressourcer. Suivant les conseils des intervenants en santé mentale, le couple était en séparation temporaire. 

Sur les ondes de LCN le 21 juin dernier, Michel Larouche admettait ne pas avoir d'alibi le jour de la disparition de sa conjointe. Il disait avoir été seul durant près de trois heures, soit entre 15 h et 17 h 45. La disparition d'Hélène Martineau a été signalée en soirée ce jour-là.

Le poste de commandement de la Sûreté du... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Le poste de commandement de la Sûreté du Québec s'est déplacé devant la résidence du couple, en avril dernier.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Michel Larouche n'a pas terminé le polygraphe

Lorsqu'il a été soumis à l'examen du polygraphe, c'est Michel Larouche lui-même qui aurait quitté la pièce, refusant de terminer l'examen. Mais même si l'homme l'avait terminé, les résultats ne penchaient pas en sa faveur. 

Cette information a été confirmée par une source près de l'enquête concernant la disparition d'Hélène Martineau. Mais elle n'avait pas été divulguée par le principal intéressé lorsqu'il avait parlé de son expérience sur les ondes de LCN en juin dernier. 

Précisons qu'au Canada et au Québec, les résultats analysés permettent une tranche d'erreur allant de -6 à +6 avant de considérer un test comme étant échoué. Aux États-Unis, cette tranche se rétrécie à -3 à +3. Et, toujours selon notre source près de l'enquête, l'examen du polygraphe de Michel Larouche a été échoué, malgré cette tranche de 12 points permise par la Sûreté du Québec.

Rappelons toutefois qu'un résultat polygraphique, qu'il soit positif ou négatif, n'est pas une preuve recevable en cour.

Chronologie

12 avril

La disparition d'Hélène Martineau est signalée à la Sécurité publique de Saguenay en soirée.

20 avril

Le Service des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec prend l'enquête en main.

21 avril

La résidence du couple est passée au peigne fin par les techniciens en scène de crime.

24 avril

Pour la première fois depuis la disparition, la Sûreté du Québec parle ouvertement du meurtre comme étant l'une des hypothèses envisagées.

3 et 4 mai

Des plongeurs, un chien pisteur, un hélicoptère et un profileur criminel et géographique prennent part à l'enquête sur le terrain. Les recherches s'avèrent vaines. Au cours de cette même période, plusieurs battues ont été organisées dans le secteur du Manoir d'Arvida par les proches de la dame. Plusieurs citoyens y participeront.

24 mai

On apprend que Michel Larouche a échoué au test du polygraphe.

15 juin

Les enquêteurs se dirigent sur un terrain de villégiature appartenant à Michel Larouche, dans le secteur de Lac-Kénogami. Une roulotte et une remorque sont saisies aux fins d'expertises.

Poste de la SQ

Entre le jour de la disparition de la dame et aujourd'hui, le poste de commandement de la Sûreté du Québec a été installé à six reprises à Arvida. De nombreuses personnes s'y sont rendues pour parler à des enquêteurs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer