La mère de David Fortin garde espoir

Caroline Lachance, la mère de David Fortin, disparu... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Caroline Lachance, la mère de David Fortin, disparu en 2009, attend impatiemment l'indice qui permettra de retrouver son fils, aujourd'hui âgé de 23 ans.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après la disparition de la fillette Cédrika Provencher il y a 10 ans, celle de l'Almatois David Fortin en 2009 est parmi les cas qui ont été les plus médiatisés au Québec. En ce triste jour de commémoration lundi, la famille du jeune homme était de tout coeur avec les proches de la petite, dont l'assassin court toujours.

Le 31 juillet, cela faisait 10 ans jour pour jour que Cédrika a été enlevée. Des ossements lui appartenant ont été retrouvés dans un boisé aux limites de Trois-Rivières en décembre 2015, pas si loin du dernier endroit où elle avait été vue. À l'annonce de la découverte, les parents de David Fortin ont tout de suite pensé que ça pouvait être leur fils, lui qui est parti à l'école un matin de février, mais n'y a jamais mis les pieds. Les pistes les plus crédibles de l'enquête sur la disparition de l'adolescent de 14 ans à l'époque remontent à la Mauricie.

« Nous sommes souvent en contact avec le père de Cédrika, Martin Provencher, pour nous entraider. Cette enfant, on ne l'oubliera jamais. Nous avions été touchés par leur histoire, car la soeur de David ressemblait beaucoup à Cédrika plus jeune. On se disait que ça ne pouvait pas nous arriver, que ça se passait juste dans les grandes villes, mais deux ans plus tard... », évoque avec tristesse la mère de David, Caroline Lachance.

La dame souligne le courage de la famille Provencher. Celle-ci reste en partie dans l'incertitude. L'homme d'affaires de Trois-Rivières Jonathan Bettez est désigné comme principal suspect, mais les preuves sont insuffisantes. 

« Comme eux, on espère que la vérité éclate et que le meurtrier soit arrêté. On s'est demandé, si David était retrouvé mort, est-ce qu'on voudrait savoir ce qui est arrivé nous aussi ? Ce n'est pas facile. Ils sont vraiment très courageux », confie Mme Lachance en entrevue téléphonique, alors que son conjoint et elle sont en vacances.

Ce n'est pourtant pas ce qui va les empêcher de s'adresser aux médias. « C'est essentiel de garder espoir, c'est ce qui nous tient. C'est sûr qu'il n'est pas aussi grand qu'au début, mais il est toujours là. C'est très important d'en parler. Quand on ne parle plus d'un enfant disparu, les gens pensent qu'il a été retrouvé, mais ce n'est pas du tout le cas. Un article peut faire délier les langues et amener une nouvelle information aux policiers pour faire prendre de l'ampleur à l'enquête », poursuit Caroline Lachance.

La mère attend impatiemment l'indice qui permettra de lier les éléments du puzzle. « Il y a toujours de l'information qui arrive, mais très peu. » Surtout, elle espère que David a fêté ses 23 ans en sécurité en juin dernier. Le Réseau Enfant-Retour a publié d'ailleurs en 2016 un portrait-robot de ce à quoi il pourrait ressembler aujourd'hui.

« Il y a des gens qui retrouvent leur enfant une vingtaine d'années plus tard, rappelle Caroline Lachance. Pourquoi ça ne pourrait pas arriver à nous ? En même temps, ça ne serait plus pareil. On a tellement souffert. David ne serait plus notre petit garçon, mais un homme. Il nous en manquerait un bout. Ce qui presserait le plus, ce n'est pas de parler de ces années manquantes, mais de lui dire qu'on l'aime. »

Même si la famille Fortin a repris un rythme de vie plus normal, la perte est toujours difficile. « Il y a des journées où on n'avance pas, mais il faut composer avec ça. On pense à David chaque jour, le matin en se levant et le soir en se couchant. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer