Homme en crise: projectiles tirés du balcon

Une colonne de son a atterri directement dans... (Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

Une colonne de son a atterri directement dans le pare-brise d'une voiture de la Sécurité publique de Saguenay.

Le Progrès, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme en crise a tenu en haleine les policiers pendant toute la soirée, vendredi. L'individu s'est barricadé dans son appartement sur la rue Salaberry, à Chicoutimi, et a projeté de nombreux objets aux policiers rassemblés devant le logement. Il s'est finalement rendu, vers 21 h 20.

Les policiers avaient revêtu leur équipement pour intervenir.... (Le Progrès, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Les policiers avaient revêtu leur équipement pour intervenir.

Le Progrès, Rocket Lavoie

La rue Salaberry a été fermée à la... (Le Progrès, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

La rue Salaberry a été fermée à la circulation pendant toute la durée de l'intervention.

Le Progrès, Rocket Lavoie

La Sécurité publique de Saguenay (SPS) s'est rendue sur les lieux vers 16 h, à la demande de l'Hôpital de Chicoutimi, qui demandait aux policiers d'aller chercher un individu pour ordonnance psychiatrique. « Il s'agit d'une décision juridique pour qu'une personne ait des soins psychologiques », mentionne le lieutenant en service de la SPS, Jean-François Imbeault.

L'homme, d'une trentaine d'années, était complètement désorganisé à l'arrivée des policiers. Il a refusé de collaborer, et s'est enfermé dans son logement. Il a également menacé de tuer les policiers et de se suicider.

À partir de son balcon, situé au deuxième étage du bloc appartement, l'individu a jeté plusieurs objets sur les policiers et les voitures stationnées dans la rue, entre autres des stores, des chaises, des tiroirs, des assiettes, sa télévision et sa chaîne stéréo. Il a également tenté de faire une torche, en enflammant un bout de tissus accroché à un bâton et a aussi mis un livre en feu. Lorsqu'il était à l'intérieur de son logement, on pouvait l'entendre frapper les murs et les meubles à l'aide d'un bâton de fer.

Pendant toute la soirée, les policiers de Saguenay ont été capables d'entrer en contact avec lui, sans pour autant réussir à le calmer. D'après M. Imbeault, deux enquêteurs négociateurs se trouvaient sur place.

La rue Salaberry, de la rue Racine au boulevard Saguenay, a été bloquée à la circulation pendant toute la durée de l'intervention. Un large périmètre de sécurité a été érigé par les policiers. De nombreux curieux se sont toutefois rassemblés sur la rue Racine et sur le boulevard Saguenay, pour assister à l'évènement. Ils ont quitté les lieux une fois que l'individu a été appréhendé.

Aucune personne n'a été blessée pendant la soirée. Personne n'a été atteint par les projectiles lancés par l'individu, et les habitants de l'immeuble ont été évacués au début de l'intervention policière, et ont pu réintégrer leur maison une fois l'intervention terminée. De plus, une fois que l'homme s'est rendu, il n'a opposé aucune résistance aux policiers, qui ont pu le transporter à l'hôpital sans problème.

Le poste de commandement mobile de la SPS s'est également rendu sur les lieux. Les policiers de Saguenay ont aussi pu compter sur l'appui des pompiers et des ambulanciers, qui se tenaient non loin de la scène, au cas où leur intervention serait nécessaire. Vers 17 h 45, la SPS a avisé la Sûreté du Québec (SQ) qu'elle était aux prises avec un homme barricadé. À 19 h 20, la SQ a choisi de prendre en charge la situation, et des agents de Québec et Montréal se sont mis en route vers le Saguenay. Toutefois, l'homme s'est rendu avant leur arrivée sur les lieux.

Pendant la soirée, plusieurs citoyens se demandaient pourquoi les policiers n'intervenaient pas directement et n'entraient pas dans le logement.

« Dans un cas où un individu menace de tuer les policiers, et qu'il est armé d'une barre de fer, on préfère agir avec prudence. Il ne représentait pas un danger immédiat pour lui-même ou pour d'autres personnes, alors on a préféré prendre le chemin de la négociation. D'ailleurs, c'est ce qui a fonctionné, parce qu'après plusieurs heures, l'individu est finalement sorti dehors, et on a pu le transporter à l'hôpital », conclut Jean-François Imbeault.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer