La foudre donne la frousse à une famille de Saint-Honoré

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un... (Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un éclair a frappé la poteau supérieur du trampoline de Marco Fillion.

Le Progrès, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La foudre due au passage d'un front froid jeudi en fin de soirée a causé des dommages à l'intérieur de la résidence de la famille Fillion-Fortin, sur la rue des Bains, à Saint-Honoré.

Vers 23 h 45, Marco Fillion, sa conjointe Véronique Fortin et leur fille Gabrielle, âgée de 10 ans, sont sortis sur la galerie arrière de leur résidence pour admirer le spectacle de la pluie abondante et des éclairs qui déchiraient le ciel. Sans prévenir, le spectacle a failli se transformer en drame puisqu'un éclair est venu frapper le poteau supérieur du trampoline. Ça a produit une boule de feu dans la patte de l'appareil du côté opposé touchant la terre.  L'éclair a laissé une légère trace noire à l'embout du poteau et a fait éclater le recouvrement de plastique tandis que le sol est légèrement déplacé. «J'étais appuyé après le cadre de porte. Je vous dis que ça a résonné à l'intérieur de mon corps. D'habitude je n'ai pas peur de la foudre, mais là... Une demi-heure plus tard, j'avais encore le flash de l'éclair dans le cerveau», a expliqué M. Fillion.

En effectuant une tournée de la maison, le couple constate que la foudre, en touchant terre, a causé des dommages puisque plusieurs équipements électriques ne fonctionnent plus. C'est le cas pour les huit thermostats de la résidence qui ont possiblement été grillés et qui ont mis en marche les plinthes électriques. Le moteur du spa et une carte électronique, les deux téléviseurs et les deux récepteurs, une console Wii ainsi que la hotte au-dessus du poêle sont hors d'usage tout comme les gradateurs lumineux. « Lorsque j'ai ouvert le robinet, l'eau est sortie rouge pendant 30 secondes environ », affirme M. Fillion. Il est possible qu'en se dispersant dans la terre, la charge électrique ait pu remonter dans le circuit de la résidence via le fil de mise à la terre.

Malgré les dommages subis, le couple n'est pas trop découragé puisque les dommages seraient couverts par leur compagnie d'assurances, une information qui devrait être validée lundi par un agent responsable.

À la suite de cet événement, M. Fillion avoue qu'il ne sait plus quoi dire à sa fille Gabrielle puisque quelques minutes avant le foudroiement, cette dernière venait de demander à ses parents s'il y avait du danger avec les orages. « En regardant le ciel, elle m'avait déjà demandé si un avion pouvait tomber. Je lui ai dit que c'était plutôt rare. Le lendemain, un avion s'écrasait à Saint-Honoré. En me voyant abattre un arbre, elle m'avait demandé s'il était possible que l'arbre tombe sur la maison. J'ai manqué mon arbre et il est tombé sur la maison. »

L'automne dernier, M. Fillion s'était fait piéger lors de la première tempête et sa voiture avait dévalé sans contrôle la côte de la rue Hôtel-Dieu.

À la suggestion de se procurer un billet de loterie, M. Fillion estime qu'il a moins de chance de gagner que de se faire frapper par la foudre!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer