Tempête du 18 juin: une 3e tornade confirmée

Le chalet de la famille de Sylvie Beaudin... (Courtoisie)

Agrandir

Le chalet de la famille de Sylvie Beaudin a subi d'importants dommages. Juste l'opération de le soulever de terre pour le remettre en bonne position coûterait près de 25 000 $.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les spécialistes d'Environnement et Changement climatique Canada étudient encore les phénomènes météorologiques qui ont déferlé sur le Saguenay-Lac-Saint-Jean le 18 juin. Après la tornade à Hébertville qui est bel et bien de force 2 et une autre observée dans la Réserve faunique des Laurentides, une troisième a été attestée dans la zec Lac-de-la-Boiteuse, où les propriétaires de chalet se sentent abandonnés.

«On confirme qu'un phénomène tornadique s'est produit, mais on ne peut pas évaluer la force. L'enquête est en suspens, mais on devrait pouvoir la compléter d'ici une semaine avec le bilan des dommages», déclare la météorologue Amélie Bertrand.

La Saguenéenne Sylvie Beaudin attend avec impatience cette réponse, alors que le chalet familial valant près de 100 000 $ sur le bord du lac de la Boiteuse a subi des dommages représentant au moins des dizaines de milliers de dollars. Le bâtiment a bougé d'environ un pied, la toiture s'est envolée et l'eau s'est infiltrée. «Si on n'avait pas envoyé des photos et des vidéos à Environnement Canada, ils n'auraient jamais étudié notre cas», déplore-t-elle.

Il faut dire que des coupes budgétaires ont restreint les ressources disponibles pour l'organisme gouvernemental, qui ne peut pas toujours envoyer ses spécialistes sur le terrain.

Mme Beaudin critique également le manque d'aide. «On ne sait pas à qui s'adresser. À la zec, à la MRC, au ministère de la Faune ou au ministère de l'Environnement? Plusieurs arbres sont tombés et on ne peut pas les nettoyer nous-mêmes, tout est imbriqué ensemble. Ça prendrait de l'équipement spécial. Tout est sec maintenant et ce serait vraiment facile pour un incendie de se déclencher.»

La zec n'a pu fournir un conteneur, afin de ramasser les débris, aux cinq propriétaires de chalet concernés autour de ce lac. «Ça va nous prendre presque 20 voyages en camion, croit Sylvie Beaudin. Même si ce ne sont pas des résidences principales, nos chalets ont de la valeur.» La forêt aux alentours est touchée sérieusement aussi.

Heureusement, Mme Beaudin se réjouit d'avoir de bonnes assurances, mais elle ne sait pas si ses voisins ont autant de chance. Le processus a cependant été long depuis un mois et les travaux n'ont pas encore débuté.

Hébertville

Des chercheurs indépendants de la Western University en Ontario se sont rendus à Hébertville, dans le secteur du mont Lac-Vert, pour observer les dommages causés par la tornade. Même s'ils avaient évoqué une possible force de niveau 3 sur l'échelle de Fujita améliorée, ils sont finalement arrivés aux mêmes conclusions qu'Environnement Canada, soit un niveau 2. Les vents ont donc varié entre 180 et 220 km/h.

Lac noir

À l'Ascension-de-Notre-Seigneur au Lac-Saint-Jean, les spécialistes d'Environnement Canada ont conclu à une microrafale dans le secteur du lac Noir. Les dommages étaient linéaires, ce qui caractérise ce phénomène contrairement à une tornade qui va dans tous les sens. Les vents ont atteint 155 km/h.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer