Parente Soares choisit un juge seul

Le détenu, qui aurait allumé un incendie chez... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le détenu, qui aurait allumé un incendie chez son ex-conjointe causant la mort du grand-père de 93 ans le 13 juin, était de retour au Palais de justice d'Alma mercredi devant le juge Pierre Lortie.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Français Matthieu Parente Soares, accusé d'incendie criminel et d'homicide involontaire, a choisi de subir son procès devant un juge seul de la Cour du Québec.

Le détenu, qui aurait allumé un incendie chez son ex-conjointe causant la mort du grand-père de 93 ans le 13 juin, était de retour au Palais de justice d'Alma mercredi devant le juge Pierre Lortie. Sous les conseils de son nouvel avocat Me Louis Belliard, l'homme de 29 ans a aussi demandé la tenue d'une enquête préliminaire. De la famille de l'accusé venue de France était d'ailleurs présente au palais de justice. 

« On veut mettre les points sur les i. C'est une affaire sérieuse et il faut prendre le temps d'examiner la preuve. Les policiers ont fait une enquête sommaire, mais nous n'avons pas encore reçu les rapports d'expertise », commente le procureur de la défense.

La représentante de la Couronne Me Sabrina Tremblay a elle-même qualifié la preuve de « volumineuse », surtout que Me Belliard vient tout juste de prendre le dossier en main. Me Xavier Jean-Gagnon de l'aide juridique s'était chargé de l'enquête de remise en liberté le 5 juillet et pensait alors que le procès pourrait avoir lieu plus rapidement. Le contenu de cette audience est sous ordonnance de non-publication.

Le dossier revient devant la Chambre criminelle et pénale le 30 août pour fixer la date de l'enquête préliminaire. D'ici là, les avocats devraient avoir tenu une conférence de gestion pour régler certains détails. Normalement, c'est la procureure de la Couronne Me Julie Lajoie qui s'occupe des procédures.

« Même si on se voit à la fin de l'été, c'est serré, car il y a beaucoup d'éléments de preuve à visionner sur DVD et c'est très long pour procéder à la prison de Roberval. C'est un milieu très stérilisé », ajoute Me Louis Belliard.

Matthieu Parente Soares est aussi accusé de harcèlement envers les proches de la victime et de négligence criminelle. Cinq personnes se trouvaient dans la résidence de la rue Sacré-Coeur, à Alma, lorsque les flammes se sont propagées vers 3 h du matin. Avoir causé un incendie criminel sans se soucier que la maison était habitée ou en sachant qu'elle l'était est passible d'une peine d'emprisonnement à vie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer