15 mois pour du leurre informatique

Le Chicoutimien Mathieu Gobeil-Gauthier a pris le chemin de la prison après... (Archives le Quotidien)

Agrandir

Archives le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Chicoutimien Mathieu Gobeil-Gauthier a pris le chemin de la prison après avoir plaidé coupable à du leurre informatique. Il écope de 15 mois de détention. Il devrait lui en rester encore 11 à faire.

La juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune de Me Nicole Ouellet (Couronne) et de Me Marie-Ève St-Cyr (défense), mercredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi.

L'individu de 27 ans, qui souffre d'une légère déficience intellectuelle, a eu des contacts avec une présumée adolescente de 13 ans sur Internet. Celle-ci était en fait une policière.

Photo

Les deux personnes ont échangé des conversations durant un certain temps. 

« L'adolescente » s'est informée à son interlocuteur si ça le dérangeait qu'elle ne soit âgée que de 13 ans. L'accusé a dit non et lui a même envoyé une photo de son appareil reproducteur.

« J'ai fait valoir qu'il n'y avait pas de véritable victime dans cette affaire étant donné que c'est une policière et qu'il ne s'agissait pas d'une adolescente. Par contre, le geste de mon client est prémédité, car il croyait que la jeune fille avait 13 ans », de noter Me St-Cyr.

« De plus, Mathieu Gobeil-Gauthier possède un antécédent judiciaire de contacts sexuels avec deux adolescentes. Il avait reçu une peine de 90 jours de détention en mai 2016. Le problème, c'est que peu de temps après sa sortie de prison, il a commis les nouvelles infractions de leurre informatique », d'ajouter l'avocate de l'Aide juridique.

Nombreuses conditions

En raison de l'antédécent judiciaire en même matière, il va sans dire que Gobeil-Gauthier devra respecter de nombreuses conditions à sa sortie de prison.

Il sera inscrit à vie au registre des délinquants sexuels. Il lui sera interdit de se trouver à proximité d'un parc ou d'un lieu où se trouvent des enfants et ne pourra avoir accès à Internet pour une certaine période.

« Je vais tenter de faire en sorte qu'il puisse être envoyé à la prison de Percé, qui est spécialisée dans les cas de détenus qui ont une problématique sexuelle. J'espère que ça pourra fonctionner pour lui », a conclu Me St-Cyr.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer