Liberté prolongée de six mois pour le meutrier du bar La Traverse

Le meurtrier du bar La Traverse de Chicoutimi, Michel Fortin, obtient une... (Archives le Quotidien)

Agrandir

Archives le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le meurtrier du bar La Traverse de Chicoutimi, Michel Fortin, obtient une prolongation de six mois de sa liberté conditionnelle. Celle-ci est prolongée jusqu'au 17 décembre, à la condition que l'homme respecte toutes les conditions imposées.

Deux membres de la Commission des libérations conditionnelles du Canada ont accepté la demande de l'individu de 48 ans le 31 mai dernier.

En 1999, Fortin travaille comme concierge au débit de boisson de la rue Racine lorsqu'une querelle éclate avec deux clients, qui avaient passé des remarques déplacées à son endroit.

Lors de cette nuit d'octobre, Fortin s'est tanné. Intoxiqué par l'alcool (taux de .200), il est retourné à son logement (situé en haut du bar) et y a pris son arme à feu. 

Il redescend peu de temps après au bar. Dès que l'un des clients a ouvert la bouche à son endroit, il a tiré en sa direction. Michel Fortin a tué sur le coup André Simard et Stéphane Murray, tout en blessant deux clientes qui se trouvaient tout près.

Le 10 mai 2000, Michel Fortin a plaidé coupable à des accusations de meurtre au deuxième degré et a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans. 

Libération

La prolongation de la liberté conditionnelle n'est pas la première de Fortin. En 2011, il avait obtenu une première chance, mais celle-ci avait été annulée en 2013 étant donné que Fortin n'était pas en mesure de bien gérer ses finances, car il dépensait son argent pour les services de prostituées.

En mars 2016, le Chicoutimien a été à nouveau remis en liberté, mais celle-ci aura été de courte durée, car dès juin 2016, le meurtrier avait déjà manqué à ses conditions.

En raison de sa bonne conduite et de sa volonté de rétablir sa crédibilité, il a recouvré une liberté conditionnelle en septembre 2016.

La demande de prolongation a donc été acceptée. Mais Fortin devra s'abstenir de consommer, de se procurer ou de posséder de l'alcool et des drogues (sauf les médicaments prescrits). Il ne peut fréquenter des crack house, doit se tenir éloigné des prostituées et des endroits où l'on trouve des substances illégales.

Michel Fortin ne pourra non plus se trouver au Saguenay-Lac-Saint-Jean, à moins d'une autorisation, en raison de la présence de membres des familles des victimes de ce double meurtre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer