Le BEI de retour à Saguenay pour le même individu

Selon les informations du Quotidien, les événements impliquent... (Archives La Presse)

Agrandir

Selon les informations du Quotidien, les événements impliquent le même individu qui s'était ouvert les veines il y a quelques semaines.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) revient à Saguenay pour enquêter sur un événement survenu à Laterrière, impliquant les policiers de la sécurité publique.

Et selon des informations dignes de foi obtenues par Le Quotidien, les événements impliquent le même individu qui s'était ouvert les veines il y a quelques semaines, alors que les policiers l'avaient laissé seul quelques instants.

Ces premiers événements s'étaient produits dans la soirée du mardi 18 avril. Les patrouilleurs de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) s'étaient présentés dans une résidence afin de procéder à l'arrestation d'un homme dans un contexte conjugal. L'individu de la rue D'Argenson à Chicoutimi devait être arrêté pour bris de probation et il avait demandé aux agents de se rendre à sa chambre afin de se changer.

Lorsque les policiers ont voulu aller voir pourquoi il prenait beaucoup de temps, ils l'ont trouvé baignant dans son sang.

Prise deux

Or, la SPS a reçu un nouvel appel jeudi vers 12h15, d'une dame qui aurait téléphoné au 911 pour signaler la présence illégale de son ex-conjoint à son domicile. Lorsque les policiers se sont présentés sur les lieux pour procéder une nouvelle fois à son arrestation pour bris de conditions, il aurait immédiatement commencé à se couper au niveau des poignets et du cou. Il a été transporté à l'hôpital. Au moment de publier ces lignes, son état de santé était inconnu.

Ce second événement survient alors qu'on n'a pas encore eu les conclusions de la première enquête du BEI qui devait déterminer si les policiers avaient commis une faute en laissant l'homme sans surveillance lors de l'intervention du mois d'avril.

Cette fois, selon toutes apparences, les circonstances sont bien différentes, car il n'aurait pas attendu que les policiers entrent pour attenter à ses jours.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer