Arrêté car il idolâtre le présumé meutrier Côté

Michaël Gagné a été arrêté en début de... (123RF)

Agrandir

Michaël Gagné a été arrêté en début de semaine

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Accusé de menaces, Michaël Gagné pourra demeurer chez son père en attendant son procès, même si la poursuite détient une lettre vraisemblablement écrite de sa main où il avoue son admiration pour le présumé meurtrier jonquiérois Marc-Étienne Côté, recherché depuis six mois.

L'homme de 29 ans domicilié sur le rang Caron à Lamarche a été arrêté en début de semaine par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) relativement à une affaire de violence conjugale. Il n'y a finalement pas eu de plainte venant de son ex-conjointe. Par contre, dans leur enquête, les agents ont découvert une lettre apparemment écrite par Gagné à son amie de coeur où il décrit Marc-Étienne Côté comme son idole, d'où la plainte portée par les policiers.

« Bébé, c'est peut-être bizarre pour toi, mais je veux voir Marc-Étienne Côté. Ça va me rendre heureux. Depuis que je suis jeune, j'ai remarqué que j'aime ce qui a rapport à ces affaires-là. C'est un rêve. Je n'ai jamais voulu tuer personne, mais un jour ça pourrait arriver. [...] Bébé personne ne doit savoir ça », a lu Me Jean-Sébastien Lebel, du Directeur des poursuites criminelles et pénales, à partir d'une copie de la lettre.

Le père de Gagné a été appelé à témoigner mercredi midi au Palais de justice de Chicoutimi lors de l'enquête sur remise en liberté, mais n'a pas été capable de reconnaître de façon certaine l'écriture de son fils. L'authenticité du document sera discutée au procès le 2 août.

Dans une déclaration faite aux policiers, l'ancienne amie de coeur de Gagné avoue avoir peur et connaître Marc-Étienne Côté, mais ne pas savoir où il est caché depuis le meurtre d'Israël Gauthier-Nepton le 19 novembre. L'accusé l'aurait menacée de la battre, la brûler et lui tirer une balle dans la tête. Selon elle, Gagné serait drogué 24 h/24 et lui aurait demandé de l'aide pour disparaître s'il venait un jour à tuer quelqu'un. Son comportement aurait changé depuis le meurtre survenu à Jonquière et il serait obsédé par tout ce qui a rapport à cette affaire. 

Le procureur de la défense, Me Julien Boulianne, a mis en doute la crédibilité de la femme. Son client a admis consommer du cannabis un peu plus de sept fois par semaine, mais se dit prêt à consulter pour régler ce problème. Un intervenant qui s'est entretenu près d'une heure avec lui lors de son arrestation a indiqué aux policiers qu'il n'était pas suicidaire. 

« Je ne ferais pas de mal à une mouche », a-t-il assuré au juge Pierre Lortie de la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec.

Michaël Gagné, qui oeuvrait dans une entreprise d'entretien ménager avec celle qui est maintenant son ex-conjointe, a finalement dû payer une caution de 300 $ pour obtenir sa liberté. Il devra rencontrer un travailleur social.

« Malheureusement, il y a en plein de gens qui idolâtrent des criminels, mais ce n'est pas une infraction. Luka Rocco Magnotta avait une file d'adorateurs pour avoir son autographe, et ils n'ont pas été arrêtés », a plaidé Me Boulianne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer