Le conjoint d'Hélène Martineau passera le polygraphe

Michel Larouche... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

Michel Larouche

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat
Le Quotidien

Le conjoint d'Hélène Martineau passera le test du polygraphe d'ici une dizaine de jours, sur demande de la Sûreté du Québec. C'est cette dernière qui a confirmé la nouvelle vendredi après-midi.

«Je suis grandement heureux et très satisfait de passer enfin le test», a déclaré Michel Larouche en entrevue téléphonique avec Le Quotidien. Le conjoint d'Hélène Martineau avait demandé de passer le test dès le deuxième jour de la disparition et avait réitéré la demande une seconde fois au cours du mois d'avril.

Finalement, ce sont les policiers qui sont venus frapper à sa porte mardi soir, pour lui demander de se soumettre au polygraphe. «On était en réunion avec la famille Martineau, parce qu'on est encore une famille très unie, et les policiers sont venus me faire la demande», a expliqué le conjoint, qui ne sait pas encore s'il passera le test dans la région ou en métropole.

Dissiper les soupçons

M. Larouche avait prévu de faire un point de presse pendant la semaine, mais s'est finalement rétracté, après avoir jugé qu'il avait fait cette annonce «sous l'énervement de la battue». En passant le test du polygraphe, le conjoint y voit l'occasion d'écarter les soupçons à son égard. «Je souhaite que ce test permette d'enlever les soupçons qui pèsent sur moi, et que tout le monde m'écarte de la liste des suspects, espère Michel Larouche. C'est sûr que ça ne pourra pas ramener les soupçons à zéro, mais au moins les diminuer.»

Le conjoint prévoit également modifier la photo sur les avis de recherche afin d'avoir une photo plus en adéquation avec la température.

Opération policière

Samedi dernier, Le Progrès rapportait que des recherches avaient été effectuées dans le sentier du Manoir pour retrouver un individu suspect, signalé par M. Larouche. L'individu en question a été à nouveau aperçu lundi dans la journée et les policiers ont pu intervenir pour l'identifier, sans toutefois l'arrêter.

Michel Larouche invite la population à garder les yeux ouverts et à rester vigilante. «Après cinq semaines, nous n'avons toujours aucune piste, les gens doivent rester alertes», conclut-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer