Coupable d'avoir voulu couper les doigts de sa victime

Stéphane Poirier a plaidé coupable aux chefs d'enlèvement,... (archives le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Stéphane Poirier a plaidé coupable aux chefs d'enlèvement, de séquestration, de voies de fait simple, d'extorsion, de complot, de voies de fait armées d'une fausse arme, ainsi que de voies de fait armées.

archives le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Stéphane Poirier, un des individus accusés d'avoir kidnappé un employé du garage Petro-Canada dans le secteur de Rivière-du-Moulin, le 13 février dernier, a plaidé coupable aux nombreux chefs d'accusation qui pesaient contre lui, mardi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Le client de Me Justine Guay-Langevin, qui avait menacé de couper les doigts de sa victime si elle continuait de tourner autour de sa conjointe, a plaidé coupable aux chefs d'enlèvement, de séquestration, de voies de fait simple, d'extorsion, de complot avec Dave Harvey, de voies de fait armées d'une fausse arme, ainsi que de voies de fait armées de pince à sertir, des pinces qui servent à plier la tôle. 

L'homme de 20 ans, de la rue de L'Anse-aux-Foins à Saint-Fulgence, a aussi saisi l'occasion pour plaider coupable à un chef de trafic de stupéfiants qui pesait contre lui dans un tout autre dossier. 

De retour le 1er juin

Stéphane Poirier reviendra en cour le 1er juin prochain pour les représentations sur la peine, ce qui permettra d'ici là la confection d'un rapport présentenciel. « Le rapport devrait être prêt pour le 1er juin », souligne Me Guay-Langevin. 

Les accusations d'entrave et d'utilisation d'une fausse arme ont quant à elles été retirées. « À la suite des négociations et en fonction de la preuve, ces deux chefs ont pu être retirés. Pour nous, c'est un retrait important puisqu'une peine minimale d'un an est prévue pour l'utilisation d'une fausse arme », affirme Me Justine Guay-Langevin.  

Un des deux complices de Stéphane Poirier, Dave Harvey, a lui aussi l'intention de plaider coupable aux chefs dont on l'accuse. Il devra toutefois attendre encore quelques jours pour le faire puisque son dossier a été reporté au 9 juin. La cause du client de Me Luc Tourangeau sera entendue par un autre juge, puisque la juge Isabelle Boilat, de la Cour du Québec, ne siégera pas dans la région avant plusieurs mois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer