Hélène Martineau: la SQ ne lâche pas

Des policiers ont fait des recherches dans un... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Des policiers ont fait des recherches dans un secteur non dévoilé par la SQ en après-midi. Ils sont revenus en fin d'après-midi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Les informations continuent de rentrer à la Sûreté du Québec, concernant la disparition d'Hélène Martineau. Alors que les enquêteurs étaient de retour dans le quartier du Manoir pour une troisième fois à bord de leur poste de commandement, au moins sept personnes s'y sont présentées, jeudi, afin de révéler des renseignements. L'une de ces informations a poussé les enquêteurs à fouiller un secteur de Jonquière, mais les recherches se sont encore avérées vaines. La dame est disparue depuis un mois aujourd'hui.

Jean Couture est le chef d'équipe de l'enquête.... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Jean Couture est le chef d'équipe de l'enquête. Il travaille ici à l'intérieur du poste de commandement de la Sûreté du Québec, dans lequel Le Quotidien a été invité à monter, jeudi en fin d'après-midi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Le poste de commandement de la SQ était cette fois-ci installé au coin de la rue Powell et du boulevard du Saguenay, tout au long de la journée de jeudi. S'il était installé à cet endroit, c'est en raison du trafic plus dense du secteur. « Nous étions à l'écart dans le quartier et nous voulons que les citoyens nous voient mieux », a expliqué le porte-parole de la Sûreté du Québec, Jean Tremblay.

Au cours de la journée, quelques citoyens s'y sont présentés, partageant des informations qu'ils croyaient susceptibles de faire avancer l'enquête. Évidemment, les policiers ne peuvent révéler le contenu de ces échanges.

« Nous avons reçu quatre ou cinq informations assez pertinentes aujourd'hui (jeudi). Il y a eu des recherches sur le terrain à la suite de ces renseignements et des personnes ont également été rencontrées par les enquêteurs », a expliqué le porte-parole de la Sûreté du Québec, Jean Tremblay. 

D'ailleurs, trois policiers sont revenus au poste de commandement en fin de journée les bottes couvertes de boue, ce qui laisse croire qu'ils ont fouillé un secteur boisé. 

Bien que toutes les hypothèses soient encore envisagées, les thèses du suicide et de l'enlèvement restent peu convaincantes, a indiqué Jean Tremblay. « Pour ce qui est de l'enlèvement, ce serait peu probable et il manque des éléments et des indices flagrants qui nous feraient pencher du côté du geste volontaire », a affirmé le porte-parole. Selon lui, il est très rare qu'une personne ne laisse rien derrière elle pour expliquer son geste. « Mais tout est encore envisagé », a-t-il précisé.

Si le poste de commandement était de retour pour une troisième fois, c'est que les informations offertes par des citoyens s'avèrent souvent pertinentes. « C'est souvent le cas pour les disparitions avec un caractère nébuleux comme celle-ci », a ajouté Jean Tremblay. 

La procureure de la Couronne Me Nicole Ouellet s'est également rendue sur place en matinée de jeudi.

Hélène Martineau a été vue pour la dernière fois le 12 avril. C'est son conjoint, Michel Larouche, qui a signalé sa disparition en soirée. 

L'homme et ses proches organisent d'ailleurs une battue, ce week-end, dans les sentiers du Manoir, où la dame avait l'habitude d'aller marcher. Les recherches, qui ne sont pas une initiative de la SQ, seront coordonnées par l'organisme Sauvetage 02 et auront lieu samedi et dimanche. Sauvetage 02 suivra les indications de la famille de la dame.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer