Hélène Martineau: le meurtre envisagé

Lors du passage du Quotidien au domicile d'Hélène... (Photo Le Quotidien, Pascal Girard)

Agrandir

Lors du passage du Quotidien au domicile d'Hélène Martineau lundi soir, les véhicules saisis vendredi étaient de retour.

Photo Le Quotidien, Pascal Girard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Pour la première fois depuis qu'elle a pris les commandes de l'enquête sur la disparition d'Hélène Martineau, la Sûreté du Québec parle ouvertement du meurtre comme étant une des hypothèses envisagées, sans toutefois identifier qui que ce soit comme suspect.

« L'hypothèse qui est envisagée dans ce dossier-là, ce pourrait être un meurtre », a déclaré Ann Mathieu, porte-parole de la SQ, avant d'ajouter qu'il s'agissait d'une des hypothèses qui étaient envisagées.

Une demande à TVA

Par ailleurs, la Sûreté du Québec aurait demandé à TVA la bande vidéo de l'entrevue réalisée par la journaliste Andréanne Larouche, avec Michel Larouche, le conjoint d'Hélène Martineau, disparue depuis le 12 avril.

« La SQ nous a fait parvenir une ordonnance de communication dans laquelle ils exigent d'avoir l'entrevue intégrale qu'il nous a accordée », a déclaré la journaliste sur les ondes de TVA. Plus tard dans son reportage, elle donne des informations qui auraient été comprises dans le document légal transmis par le corps policier. « On nous dit qu'il existe des motifs raisonnables de croire que l'infraction suivante, et là on peut lire meurtre, a été ou sera commise et que les documents fourniront une preuve concernant la perpétration de cette infraction », a-t-elle poursuivi. Il n'a pas été possible de savoir si le média avait obtempéré à la demande des policiers.

Ann Mathieu a refusé d'émettre des commentaires sur le contenu du document transmis à TVA. Elle s'est limitée à dire que toute partie contactée par la SQ dans le cadre d'une enquête est libre de le divulguer. Selon elle, la SQ ne communique jamais d'éléments d'information directs lors d'une enquête.

L'entrevue s'est déroulée mardi. Michel Larouche était accompagné d'une de ses filles et de la soeur jumelle d'Hélène Martineau. Elle a été réalisée devant son domicile. Il est donc possible que le contenu recherché par les enquêteurs était également visuel. Michel Larouche avait d'abord accordé un entretien au Quotidien la veille, en compagnie du porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier. L'entrevue s'était déroulée au quartier général de la SPS à Arvida. À ce moment, la SQ ne menait pas encore l'enquête. Le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la SQ s'est installé sur place jeudi dernier.

Vendredi, des agents de la SQ avaient fouillé la demeure d'Hélène Martineau. Deux véhicules avaient également été saisis. Lors du passage du Quotidien lundi soir sur place, les véhicules étaient de retour. La SQ refuse de dévoiler si des personnes ont été interrogées dans le cadre de l'enquête.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer