Dénoncé par Skype ou Snapchat

Le Saguenéen Patrick Michaud, 43 ans, fait face à des accusations de... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Saguenéen Patrick Michaud, 43 ans, fait face à des accusations de distribution, de possession et d'avoir accédé à de la pornographie juvénile. Il aurait été dénoncé par le système de surveillance de Skype ou de Snapchat.

L'individu de Chicoutimi-Nord, qui avait l'air penaud, a comparu devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, mercredi après-midi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Les policiers du Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec sont débarqués au domicile de l'individu, en matinée, pour procéder à son arrestation et à la perquisition du matériel informatique afin qu'il puisse être analysé par les experts.

L'accusé, dont les intérêts sont représentés par Me Charles Cantin, a pu reprendre sa liberté sous de sévères conditions. Il ne peut naturellement avoir du matériel informatique en sa possession, ne peut accéder à Internet, ne peut pas se trouver à proximité d'un parc ou être en présence d'enfants de moins de 16 ans sans être sous supervision.

« L'enquête est embryonnaire présentement. Nous aurons besoin d'une période de quelques mois avant de recevoir le contenu de l'ordinateur de l'accusé », a mentionné Me Karen Inkel, procureure de la Couronne à Chicoutimi.

« Il est accusé de distribution de matériel de pornographie juvénile entre le mois d'octobre 2016 et le 1er avril 2017, et de possession et d'avoir accédé à ce matériel entre octobre 2014 à aujourd'hui », ajoute Me Inkel.

La période des accusations pourrait s'étendre à la suite de l'analyse de l'ordinateur.

Patrick Michaud aurait été dénoncé par les responsables de Skype ou de Snapchat lorsqu'il a transmis des dossiers de pornographie juvénile à une autre personne. Ces deux entreprises reçoivent un signal chaque fois que des images ou des vidéos touchant l'abus des enfants sont diffusés. Ils peuvent ainsi retracer l'adresse IP du ou des utilisateurs et communiquer avec les services de police concernés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer